Carnaval en Sicile

Détail

Le Carnaval en Sicile a des origines très anciennes. C’est la fête de l’abondance et des excès de nourriture avant les jeûnes du Carême.

C’est la semaine où l’on consomme beaucoup de sauces à la viande et de plats élaborés, comme les macaroni ou les cavateddi au ragoût et à la couenne et l’ancienne soupe du Jeudi gras, typique du comté de Modica. Et encore, les pâtisseries comme les têtes de turc à Scicli, la pignolata à Messine, les délicieuses chiacchere, les biscuits bouillis dans l’huile, ou les sfinci de ricotta.

C’est à cette occasion que sont nés les masques comme celui de Peppi ‘Nappa, le roi du carnaval, des paladins et de nombreux personnages populaires qui miment des scènes comiques, comme celle du médecin qui opère un malheureux, en faisant semblant de lui retirer ses boyaux sur une civière improvisée.

C’est aussi à cette époque qu’apparaissent les chars et les défilés allégoriques, les reconstitutions et les pantomimes historiques, les danses et les anciens rites propitiatoires.

À Catane, le Carnaval coïncide souvent avec les célébrations de Sainte-Agathe, en se rattachant à l’ancienne tradition des ‘ntuppatedde, lorsque les femmes de toute classe sociale se déguisaient et se promenaient la nuit, en entrant partout, même dans les lieux habituellement fréquentés uniquement par des hommes, en faisant des blagues et des jeux de séduction.

Le Carnaval d’Acireale (Catane) est l’un des plus anciens de Sicile ; déjà en 1880 on construisait les premiers chars allégoriques et depuis, la tradition a été conservée grâce aux artisans bons et volontaires qui expriment alors toute leur imagination et leur finesse. Le masque le plus caractéristique semble être l’abbatazzu ou le poète minutizzu qui mimait les nobles et les ecclésiastiques en se promenant avec un vieux livre d’où il faisait semblant d’émettre des jugements satiriques et moqueurs.

Un mélange de joie, de gaité, d’histoire et de tradition, caractérise le Carnaval d’Avolese (dans la province de Syracuse), qui fait partie des carnavals historiques d’Italie. Il s’agit d’une fête qui a des origines très anciennes, datant probablement du Moyen Âge.
Aujourd’hui, le carnaval se déroule sur quatre jours. Dans l’après-midi du Samedi gras, la marionnette appelée Roi Carnaval, défile accompagnée par la fanfare d’Avola. Le dimanche après-midi, le défilé de chars allégoriques et fleuris et des groupes masqués défilent en partant du Viale Lido, accompagnés de charrettes siciliennes typiques. Le soir, une scène est installée sur la Place Umberto I pour diffuser de la musique, avec des spectacles de divertissements. Le lundi est presque entièrement consacré aux chants de carnaval (poèmes dialectaux), tandis que la journée du mardi est dédiée aux épreuves finales de la compétition de poèmes dialectaux et au défilé du soir qui se termine par la remise des prix en argent et la crémation du roi Carnaval.

Au Palazzolo Acreide (Syracuse), jusqu’aux années soixante, on organisait des veillées, on dansait et on jouait à sottonovanta, une sorte de pêche aux lots. Aujourd’hui, on danse sur la place, les chars allégoriques défilent et on fait des festins de pâtes siciliennes, les cavati, et de saucisses.

De grandes fêtes aussi à Chiaramonte Gulfi (Raguse) où on organise le lundi soir la Fête de la saucisse.

Le Carnaval de Sciacca (Agrigente) est très ancien et on dit qu’il date des fêtes saturnales romaines. Artisans du carton-pâte, architectes, dessinateurs, créateurs, chorégraphes et danseurs travaillent magistralement pendant des mois. Les figures sont majestueuses et les mouvements des groupes masqués sont très sophistiqués. Des thèmes inédits sont récités en dialecte sicilien et la satire s’inspire de personnalités politiques locales et nationales. Les chars et les groupes défilent dans les rues du centre historique à partir du Jeudi gras, avec la remise symbolique des clés de la ville au roi du carnaval Peppi ‘Nappa, jusqu’au Mardi gras, avec le bûcher du char.
L’art du carton-pâte est ancien et, aujourd’hui, il est partagé avec les visiteurs qui peuvent assister en direct à sa réalisation. Regardez la vidéo « Sciacca, rêves dans les mains »

À Termini Imerese (Palerme) on assiste au défilé de chars allégoriques qui représentent de manière ironique les personnages du monde de la politique et du spectacle. Les marionnettes du Nannu et de la Nanna, dont la tradition, transmise par les Napolitains en fuite avec les Bourbons de Naples à l’époque des émeutes et remontant au milieu du XIXe siècle, sont très caractéristiques. Le Nannu représente le Carnaval et sa « condamnation » au bûcher à minuit le mardi précédant les cendres, marquant la fin de la période joyeuse. La Nanna, en revanche, est une femme mince et grande qui symbolise la douleur et la pénitence du Carême, mais qui s’habille avec beaucoup de coquetterie. L’un des moments les plus amusants de la fête est la lecture du testament du Nannu, dans lequel les personnalités les plus en vue de la ville sont mises au pilori.

À Corleone (Palerme), où défilent les chars allégoriques, le Nanno est aussi condamné au bûcher, garni d’un collier de saucisse et porté sur les épaules par le riavulicchio qui représente la renaissance d’une fête et qui n’a été que récemment récupérée.

À Gioiosa Marea (Messine) se tient depuis presque 70 ans le Carnaval du Murgo. Il s’appelle ainsi parce qu’il met en scène la «Murga», un petit orchestre caractéristique, déglingué et très coloré, dirigé par le Murgo en queue de pie et chapeau haut de forme. Il s’agit d’une tradition importée d’Argentine par des émigrés de retour qui ont assimilé cet aspect de la culture latino-américaine, en l’enrichissant d’éléments locaux tirés du contexte marin.

Le Carnaval de Novara di Sicilia (Messine) prévoit, en plus des célébrations traditionnelles, le tournoi du Maiorchino, une course qui consiste à faire rouler dans les rues de la ville des meules de fromage de brebis local, une spécialité obtenue à travers des processus particuliers de transformation et d’affinage. L’événement se termine tout naturellement par une fête ou les héros sont la ricotta et le tuma !

Partagez ce contenu !

EMPLACEMENT

SAISONS