Semaine sainte en Sicile, les rites à ne pas manquer

Dettaglio

Comme l’a écrit Leonardo Sciascia, « il n’y a pas de ville en Sicile où la Passion du Christ ne soit pas revécue à travers un spectacle réel, où des personnes vivantes ou des groupes de statues ne fassent pas des rues et des places le théâtre de ce grand drame dont les éléments sont la trahison, le meurtre, la douleur d’une mère« .

Et c’est bien de cela qu’il s’agit, de la rencontre sublime entre le divin et l’humain, le sacré et le profane. La foi perturbatrice se révèle dans sa manifestation la plus éclatante et la plus débridée, transformant les rites religieux, qui célèbrent la mort et la résurrection du Christ, en une recherche spasmodique de la vie, de la joie. Découvrons ensemble les fêtes de la Semaine Sainte en Sicile à ne pas manquer !

Semaine sainte à Trapani. La procession des mystères

Parmi les plus importants et les plus populaires d’Italie, les rites de la Semaine sainte à Trapani représentent un mélange de foi, de culture populaire et de folklore. Elle commence le mardi avec la procession du tableau de la Mère Piété des « Massari », qui rencontre le mercredi après-midi celui de la Mère Piété du Peuple. Le jeudi, les églises installent les « sépulcres », autels commémorant la dernière Cène, décorés d’ex-voto en or, argent et corail. Mais le point culminant est représenté par la suggestive et passionnante Procession des Mystères, dix-huit groupes de statues rappelant des épisodes de la Passion du Christ, suivis de simulacres de Jésus dans l’urne et de Notre-Dame des Douleurs. Confiés aux « Maestranze » et portés sur leurs épaules, ils défilent du vendredi à 14 heures au samedi matin. La procession est caractérisée par deux mouvements typiques que les porteurs effectuent le long du parcours : lAnnacata (balancement rythmique de la vara sur l’air des chants funèbres), et ‘a Vutata, qui se produit lorsque la vara est tournée vers les personnes appartenant à la Maestranza ou vers les malades.

Vendredi saint à Erice. La procession des mystères

Toujours à Erice, le Vendredi saint, les Mystères défilent dans les rues du centre, sept groupes de statues représentant des épisodes de la Passion du Christ, suivis de l’Addolorata, une statue de la Vierge enveloppée d’un manteau noir. La Procession des Mystères d’Erice est plus petite que celle de Trapani (qui a lieu le même jour, à peu près à la même heure), mais pas moins impressionnante. La procession religieuse part de l’église de San Giuliano et parcourt les rues de la ville, dans une atmosphère vraiment intime, scellée par les prières des fidèles et la musique funèbre qui résonne dans village médiéval, enthousiasmant les visiteurs qui viennent assister au chemin de croix.

Jeudi saint à Marsala. Le chemin de croix

Le jeudi saint, Marsala change de visage : visiteurs, croyants et photographes affluent dans les rues du centre, fermées à la circulation, attendant d’assister au chemin de croix mis en scène par des personnages vivants, qui défilent en costumes d’époque dans les rues principales de la ville, jouant leur rôle avec une grande implication. Les « chutes » du Christ sous le poids de la croix, qui se répètent à plusieurs reprises le long du parcours, ont un fort impact émotionnel.

Semaine sainte à Enna

La semaine sainte à Enna est l’une des plus spectaculaires et des plus évocatrices au monde. Les rites s’ouvrent le dimanche des Rameaux et se terminent le dimanche d’Albis, une semaine après Pâques. Les 15 confréries, chacune au jour et à l’heure fixés, se rendent à la cathédrale pour l’ura, l’adoration eucharistique comme l’appellent les habitants d’Enna. Le Vendredi saint, la ville entière est animée par toutes les confréries, 2500 personnages encapuchonnés qui défilent, avec l’administration municipale et le clergé, dans un ordre strict et un silence absolu. Dans les 16 églises, sièges des confréries, on prépare les objets (les ainsi dit « Mystères« ) qui seront portés lors de la procession. Le groupe de musique accompagne avec des notes de deuil écrites par des compositeurs d’Enna. Le dimanche après Pâques, appelé dimanche in Albis, a lieu la dernière cérémonie traditionnelle, la Spartenza (séparation), au cours de laquelle les confréries du Collegio del SS Salvatore et du Collegio di San Giuseppe prennent possession de leurs fercoli respectifs (du Fils ressuscité et de la Mère) et les rendent à leurs églises respectives.

Pietraperzia. Lu Signuri di li fasci

Le rite de « lu Signuri di li fasci« , qui a lieu le Vendredi saint à Pietraperzia, est l’un des plus représentatifs et caractéristiques de toute la Sicile. Au coucher du soleil, devant la Chiesa del Carmine, une poutre de plus de 8 mètres de haut est insérée dans une base cubique en bois de cyprès, appelée « Vara ». Au sommet de la poutre se trouve une structure métallique circulaire, autour de laquelle les fidèles commencent à nouer des centaines de bandes de lin (jusqu’à 36 mètres de long), pour un total de 200 bandes blanches. Peu avant le début de la procession, un crucifix est placé au sommet de la poutre selon un ancien rituel, qui consiste pour les confrères à passer « a ppassamànu« , c’est-à-dire d’une main à l’autre, en chaîne à l’intérieur de la Chiesa del Carmine, tout en priant, en criant l’éjaculation « Pietà e Misericordia, Signuri« . 

À 20 heures, un confrère désigné frappe trois coups sur le cercueil : la levée a lieu! La croix est soudain hissée et maintenue en équilibre grâce aux bandes, donnant l’impression d’une immense montagne enneigée. Au pied du Christ en croix, un globe de verre coloré est placé, symbolisant le monde et sa diversité, dominé par la puissance salvatrice du Christ.

San Fratello. La fête des Juifs

À San Fratello, dans la province de Messine, le mercredi, le jeudi et le Vendredi saint, a lieu la fête des Juifs. L’origine de cette tradition remonte au Moyen Âge et allie parfaitement foi et folklore. Leurs vêtements multicolores sont aussi variés et étranges que leur comportement et leurs actes débridés. Le costume consiste en une veste et un pantalon rouges, ornés sur les côtés de bandes de tissu d’une autre couleur. La tête est entièrement recouverte d’une capuche, également rouge, et du masque pend une grande langue de peau brillante qui, avec une grande bouche et deux sourcils très longs, donne au masque un air grotesque et monstrueux. Aux pieds, les Juifs portent des chaussures en cuir brut ou des « chaussures en fourrure » et portent des bouquets de grandes chaînes et des trompettes. La fête juive commence à l’aube du mercredi saint et se termine le vendredi soir. Pendant trois jours, San Fratello devient fou : les Juifs perturbent ouvertement les célébrations religieuses, comme la procession de la Varette avec les Mystères de la Passion du Christ, courant et criant, soufflant dans leurs trompettes, escaladant les murs. Ils marchent dangereusement sur les bords des maisons et des balcons, sautant, fuyant et disparaissant, créant un pandémonium, assourdissant et parfois même effrayant les gens.

Pâques à Prizzi. Le bal des diables

« U Ballu di diavuli » est une tradition folklorique-religieuse liée aux événements de Pâques dans la commune de Prizzi, dans la province de Palerme. Vraisemblablement d’origine médiévale, l’événement conserve des traces évidentes de célébrations païennes centrées sur le triomphe de la vie et la renaissance de la végétation au début du printemps. Dès le matin du jour de Pâques, des diables masqués (habillés de rouge) et la mort (habillée de l’ocre jaune typique) parcourent les rues du village, jouant des tours et retenant les passants, qui ne sont libérés qu’en échange d’une offrande (argent ou bonbons). Le point culminant de l’événement a lieu l’après-midi, lorsque les démons tentent d’empêcher les statues du Christ et de la Vierge Marie de se rencontrer sur la place principale de la ville. Ils sont opposés aux anges qui escortent les statues. Ce contraste, réalisé selon des mouvements rythmiques précis, est appelé la danse des diables. Une fois les démons vaincus, le Christ ressuscité et la Madone peuvent enfin se rencontrer et le Bien triomphe du Mal.

Pâques à Modica. La Madone Vasa Vasa

Le dimanche de Pâques, on répète la fête de Notre-Dame Vasa Vasa, un événement incontournable pour les habitants de Modica et les nombreux visiteurs qui, chaque année, envahissent le centre de Modica. La rue principale peut à peine contenir les foules de croyants qui se rendent à l’église de Santa Maria di Betlem pour assister au traditionnel « baiser de midi » entre la Madone et le Christ ressuscité. Avant ce moment, la Madone et le Christ, portés sur les épaules des fidèles, se cherchent tout au long du corso.

Scicli. Fête de l’homme vivant, U Gioia

U Gioia, la fête de Pâques de Scicli, dans la province de Ragusa, est l’une des célébrations de Pâques les plus impressionnantes de Sicile. Le dimanche de Pâques, le Vénérable, une lourde bannière de soie bleue portée en procession par des jeunes de la région, traverse le centre historique et entre dans l’église de Santa Maria La Nova. Il n’y a pas de règles ou de confréries à qui revient la tâche de porter la statue, tout le monde peut participer activement. L’ambiance est grisante : les atmosphères lugubres qui caractérisaient la Semaine Sainte sont balayées par des cris de Joie! La joie! La joie! Le dernier porteur de la bannière a l’honneur de s’incliner devant le Christ ressuscité. Puis commence la procession frénétique de l’Uomu Vivu, ou ‘U Gioia. Le parcours de l’église de Santa Maria La Nova à l’église du Carmine est court, mais le rythme, les arrêts et les  » virages  » sont imprévisibles. La statue du Christ ressuscité se balance, soutenue par les porteurs, et semble tomber, pour ensuite se relever et repartir, tenant tout le monde en haleine. La fête se termine tard dans la nuit, les porteurs épuisés ayant encore de l’énergie pour accompagner de leurs cris l’entrée de la Gioia dans l’église.

Pâques à Piana degli Albanesi

Les rites de Pâques à Piana degli Albanesi sont particulièrement évocateurs. Il existe un lien évident avec l’ancienne appartenance à l’ethnie et à la tradition albanaise, perpétuée depuis plus de 500 ans, reconnaissable dans les coutumes et les traditions, dans les costumes féminins caractéristiques richement brodés et dans la langue albanaise elle-même. La splendide Pâques, célébrée selon le rite byzantin, exprime l’identité inaltérée et les profondes racines culturelles des habitants.

Semaine sainte à Caltanissetta

La semaine sainte à Caltanissetta est très riche en événements. Plusieurs processions ont lieu à partir du dimanche des Rameaux. Le centre historique de Caltanissetta prête ses rues comme toile de fond pour le Via Crucis. Le soir du lundi saint, un acteur qui incarne Jésus prend la dernière cène avec les disciples dans la cathédrale. Le mardi saint, il est jugé devant Ponce Pilate et le Sanhédrin. Sur les marches panoramiques de la Via Agostino Lopiano (représentant le mont Golgotha), Jésus est crucifié et mis en terre. L’épilogue tragique est connu sous le nom de Mortorio ou Scinnenza. Le mercredi, le capitaine de la Real Maestranza, à qui le maire remet les clés de la ville, conduit les corporations d’artisans qui défilent avec leurs propres bannières. Lors de la procession traditionnelle de la Real Maestranza, on promène les Varicedde, 19 petits simulacres représentant des moments de la Passion du Christ.

Le Jeudi saint, de petits vases appelés Misteri, comme les mystères de la Passion du Christ, sont portés en procession. Il y a 16 groupes de statues en tout, et elles ont été réalisées par les artistes Francesco et Vincenzo Biangardi. Après avoir parcouru toutes les rues du centre, la séparation (Spartenza) a lieu sur la Piazza Garibaldi, de sorte qu’au milieu de la nuit, chaque Vara retourne à l’église où elle est conservée.

Le soir du Vendredi saint à Caltanissetta est un jour de deuil et de silence. Depuis le sanctuaire du Seigneur de la ville, une ancienne église du quartier populaire de San Francesco, un crucifix en bois, datant probablement du XVe siècle, est porté en procession, objet de vénération et d’adoration de tous les habitants du village, appelé le Christ noir en raison de sa couleur sombre. Selon la tradition, il a été trouvé dans une grotte par deux « fogliamari« , cueilleurs d’herbes sauvages. Vêtus d’une tunique violette et pieds nus, en signe de pénitence, ils portent sur leurs épaules le tronc en bois doré qui contient le Christ noir, tout en chantant le Ladate, des lamentations en dialecte sicilien archaïque d’origine médiévale. Le répertoire est transmis oralement et le chant est exécuté par les Fogliamari.

La procession est suivie par toute la Maestranza en tenue de deuil, conduite par l’évêque et suivie par le clergé, les religieuses, les moines, les confréries et les congrégations religieuses. Le Christ noir est suivi par une grande foule de personnes, la plupart pieds nus, pour accomplir un vœu ou demander une grâce.

Pâques à Sinagra. La course de San Leone

Depuis des centaines d’années, « A Cursa ‘i Santu Liu » caractérise le dimanche de Pâques à Sinagra. La statue du saint patron est portée sur les épaules des fidèles lors d’une longue et lente procession qui part de la petite église rupestre de San Leone. À la tombée de la nuit, près du pont qui mène au centre du village, le rythme de la procession change soudainement avec la course finale caractéristique qui se termine dans la Chiesa Madre. Le rythme initialement lent de la procession symbolise l’indécision de Leone quant à son retour à Catane, où il travaillait comme évêque, tandis que la course finale représente son choix de rester avec les habitants de Sinagra. Il s’agit d’un événement très évocateur qui se répète chaque année et auquel participent des milliers de personnes, ainsi que des résidents, qui honorent le saint patron avec enthousiasme et une extrême dévotion. La fête se poursuit le lundi de Pâques avec la procession du Saint dans les rues du village et la foire typique du lundi de Pâques.

Arches de Pâques à San Biagio Platani

La fête des Arches de Pâques (ou Arches de Pain) est le résultat spectaculaire et suggestif d’un concours d’artisanat artistique, unique en son genre en Sicile. Pendant de nombreuses semaines avant Pâques, les confréries de la Madunnara (dévots de la Madone) et de la Signurara (dévots de Jésus) se consacrent à la construction d’imposantes compositions de cannes de bambou, de saule ou d’agave, qui forment le cadre de magnifiques décorations artistiques d’agrumes, de laurier et surtout de pain, dans les formes et les tailles les plus variées. Les grandioses constructions artistiques d’arcs, de coupoles et de clochers sont ensuite disposées tout au long du Corso Umberto I, la rue principale de la ville. L’extraordinaire raffinement des décorations, associé à l’éclairage du soir, transforme San Biagio Platani, dans la province d’Agrigente, en un salon en plein air des plus somptueux et accueillants. Le point culminant de l’événement est le jour de Pâques, lorsque le Christ et la Madone se rencontrent devant l’église mère.

Pâques à Caltagirone. A Giunta

Le dimanche de Pâques à Caltagirone [lien Caltagirone] est une grande et chaleureuse fête populaire qui se déroule en plein air, dans les rues de la ville. À Pâques, le centre historique de la ville devient la scène du Via Crucis, avec des acteurs portant des costumes d’époque. Sur les places et dans les monuments, la représentation sacrée est très émouvante et culmine dans l’escalier de Santa Maria del Monte, où se déroulent les moments les plus touchants, comme la chute du Christ sous le poids de la Croix, la rencontre avec Véronique et la Crucifixion. Le point culminant de la semaine sainte a lieu le dimanche de Pâques et coïncide avec le rite « a Giunta« , ou la rencontre entre la grande statue de saint Pierre et le simulacre de Jésus ressuscité. Ensuite, ils partent tous les deux à la recherche de la Madone pour lui annoncer la bonne nouvelle. L’événement se déroule sur la Piazza Municipio, la Madone dépose son manteau noir et baisse trois fois la tête pour rendre hommage à son Fils, au milieu des acclamations des spectateurs. Après la rencontre vient le moment de la séparation, « a Spartenza« , au cours duquel toutes les statues sont séparées le long de différents parcours.

Pâques à Petralia Sottana. U ‘Ncuontru

La Semaine Sainte à Petralia Sottana est avant tout la mise en scène de la Passion du Christ, grâce aux personnages qui animent le merveilleux centre historique. Le jeudi, les statues du Christ mort, de la Madone et des anges sont exposées dans l’église de San Biagio, également connue sous le nom de « Collegio« . La procession du Vendredi saint se termine par le Calvaire. Le samedi, pendant la messe de minuit dans la basilique, a lieu la Caduta du tiluni: la Madone est dépouillée de son deuil, représenté par le grand tissu noir qui recouvre le maître-autel. Le dimanche de Pâques, dans un crescendo d’émotion et de participation, au son de trois coups de trompette, se déroule le joyeux et émouvant Ncuontru, à la Chianu ‘u Collegiu, entre le Christ ressuscité et la Madone.

Le Christ ressuscité et la Madone s’embrassent au milieu de l’émotion générale des fidèles dans une cérémonie cathartique. Des centaines de spectateurs aux yeux brillants regardent les deux statues, qui se font face pour pouvoir se regarder, traverser le centre historique et retourner à l’église mère.

Vendredi saint à Barrafranca. U Trunu

La procession du Crucifix du Trunu (le Trône) est le moment le plus attendu du Vendredi saint à Barrafranca, dans la province d’Enna. Le soir, à la fin de toutes les célébrations liturgiques dans les églises de la ville, commence la procession du Saint Crucifix, inséré et transporté par une machine processionnelle appelée « U Trunu » par les habitants. La machine se compose d’une partie centrale appelée u firrizzu, qui intègre les mécanismes permettant de la soulever immédiatement après la sortie de l’église. Le ferculum est soutenu par deux « baiarde », numérotées de 1 à 100 en fonction de la place de chaque porteur.

La statue du Crucifix, entièrement recouverte d’or ex-voto donné par les fidèles au fil des ans, est placée au centre de la « Spera« , une structure ovale en bois qui, juste avant la procession, est posée sur le « Munnu« , une grande sphère placée au sommet d’un tronc d’environ deux mètres de haut. La sphère et le Monde sont entièrement recouverts de rosettes colorées de tissu et de fleurs appelées scocche, qui sont données chaque année par les fidèles en guise de vœu au crucifix

La Notre-Dame des Douleurs et l’urne du Christ mort quittent leurs églises respectives et se dirigent vers l’église mère pour rejoindre la procession du Crucifix. Lorsqu’ils atteignent U Trunu, la procession commence avec l’urne du Christ mort en tête, suivie des « lamentatori », de Notre-Dame des Douleurs avec saint Jean, de la fanfare et enfin du Trunu.

Fête du Christ long à Castroreale

Pendant la semaine sainte, Castroreale accueille un festival unique qui tient tout le monde en haleine. La procession de « U Signuri Longu«  (Le Christ long), un crucifix en papier mâché réalisé au XVIIe siècle par un artiste anonyme, conservé et vénéré dans l’église de S. Agata, attire un grand nombre de croyants et d’admirateurs des traditions locales. Ce qui rend le rite particulièrement intense, c’est l’immense effort fourni par les porteurs du cercueil. 

Le crucifix de taille humaine, monté sur un mât en cyprès d’environ treize mètres de long, s’élève sur un lourd ferculum, atteignant un poids total d’environ 450 kilogrammes. Les mercredis et vendredis saints, accompagnée de la Varette, elle est portée en procession sur les épaules de seize hommes, au moyen d’un mécanisme compliqué de perches en bois avec des extrémités en épingle à cheveux manœuvrées par des membres experts de la Maestranza, qui permettent au simulacre de se déplacer en douceur dans les rues de la vieille ville. Voir la Croix glisser sur les toits est une émotion indescriptible, dans un feu d’artifice d’illuminations, de concerts et de feux d’artifice. 

À partir de 2020, le déroulement régulier et traditionnel des rites pourrait changer en raison des dispositions visant à contenir la propagation du Covid-19.

Partagez ce contenu !

EMPLACEMENT

SAISONS