Visite en moto de Fiumara D’arte

Dettaglio

La Sicile n’est pas seulement riche en parcs archéologiques et en œuvres d’art héritées des siècles passés : l’art y est chez lui et s’épanouit chaque printemps. Vous avez envie de voir quelque chose de contemporain et de surprenant ? Habillez-vous confortablement, car nous allons visiter l’un des Land art  plus grands et plus évocateurs d’Europe : la Fiumara d’arte. Les différentes œuvres d’art que nous allons visiter sont situées dans différents endroits, dont certains ne sont pas faciles d’accès, donc si vous aimez le vélo, vous êtes à cheval… ou plutôt : en selle ! (Les œuvres peuvent également être atteintes en voiture, simplement avec moins d’agilité).

Mais qu’est-ce que la Fiumara d’arte ? Son histoire a commencé en 1982, grâce au mécène Antonio Presti qui, cette année-là, en mémoire de son père récemment disparu, a commandé une œuvre au sculpteur Pietro Consagra. Une énorme sculpture en béton de 18 mètres de haut (« La materia poteva non esserci »), que Presti voulait offrir à la communauté : elle a donc été placée en 1986 sur la rive de la Fiumara di Tusa, sur les Nebrodi ; la création d’un musée en plein air a alors été annoncée, en commençant par le placement de cette œuvre. Au fil des ans, la Fiumara s’est enrichie d’autres œuvres, commandées par Presti et signées par d’importants sculpteurs : de Paolo Schiavocampo à Tano Festa, de Pietro Dorazio à Antonio di Palma, de Hidetoshi Nagasawa à Mauro Staccioli. Après 25 ans de batailles juridiques liées à l’absence de protection et de positionnement des œuvres sur le domaine public, Fiumara d’arte a finalement obtenu en 2007 le droit de protéger et de conserver les œuvres, devenant ainsi un parc de sculptures reconnu par les institutions.

Le tour

Êtes-vous prêt ? Alors faites chauffer vos moteurs : C’est parti. Notre circuit en moto à la découverte de la Fiumara d’arte commence par Villa Margi, un hameau de la commune de Reitano (ME). À deux pas de la plage, nous trouvons une énorme sculpture de 18×18 mètres intitulée « Monument pour un poète mort ». L’œuvre a été créée en 1989 par l’artiste Tano Festa en l’honneur de la mort d’un autre grand artiste, Francesco Lo Savio. La sculpture est une gigantesque fenêtre en béton de couleur bleue donnant sur la mer et traversée par un monolithe noir. C’est pourquoi le nom officieux sous lequel la sculpture est connue est « Fenêtre sur la mer« .

Après avoir profité du panorama encadré par cette splendide sculpture, reprenons nos motos pour nous rendre à 20 km à l’intérieur des terres, dans la ville de Mistretta, où se trouvent deux œuvres pas très éloignées l’une de l’autre : la Chambre de Barca d’oro et Le mur de la vie. La première œuvre a été créée en 1989 par l’artiste japonais Hidetoshi Nagasawa. Il s’agit d’une pièce creusée dans la paroi d’une montagne près de la rivière Romei, recouverte de feuilles de métal. A l’intérieur, la silhouette d’un bateau recouvert de feuilles d’or. Curieux, n’est-ce pas ? Vous pouvez l’imaginer? Bien, parce que ce n’est pas accessible. C’est d’ailleurs le concept de l’œuvre, qui est destinée à rester fermée pendant cent ans, avec une porte qui la scelle, à la demande de l’artiste lui-même, qui souhaite que sa pièce ne vive qu’à travers « l’énergie mentale de la mémoire« . 

Le mur de la vie, par contre, se trouve sur la route qui de Mistretta mène à Castel di Lucio. Il s’agit d’une œuvre d’art créée à plusieurs mains par des céramistes italiens et internationaux en 1991. Le mur de soutènement de la route, gris et anonyme, est ainsi requalifié grâce à l’installation de grandes œuvres en terre cuite multiformes enchâssées dans le ciment froid des murs. 

Remettons-nous en selle et dirigeons-nous vers Castel di Lucio, à 20 km de Mistretta, où nous trouvons trois œuvres. La première est Arethusa, créé en 1990 par les peintres Pietro Dorazio et Graziano Marini. L’assemblage de céramiques colorées forme un motif géométrique sur la façade du bâtiment, la caserne des gendarmes de la ville, réaménageant ainsi la rigidité architecturale typique des constructions militaires, grâce à l’intervention créative et vitale de l’art.

À deux kilomètres de là, dans la même commune, se trouve le Labyrinthe d’Ariane, une œuvre créée par l’artiste Italo Lanfredini en 1990. Dès le nom de l’œuvre, il est facile de deviner de quoi il s’agit : un véritable labyrinthe de briques rouges où l’on peut entrer gratuitement et se perdre dans ses géométries. Le sens de l’œuvre réside dans la recherche de l’issue, symbolisant la quête de la pureté, un chemin de réflexion et d’expiation. Si vous êtes claustrophobe ou si vous aimez la photographie, vous pouvez apprécier l’œuvre à distance, depuis la tour du château de la ville.

À 5 km du labyrinthe, sur la route reliant Castel di Lucio et Pettineo, se trouve l’œuvre « Una curva gettata alle spalle del tempo » (Une courbe jetée derrière le temps), réalisée en 1990 par Paolo Schiavocampo. Il s’agit d’une œuvre en site-specific placée près d’une courbe reliant la nouvelle route provinciale à l’ancienne route de campagne, unissant ainsi conceptuellement le présent au passé. Il est fait de béton armé recouvert de fer et prend la forme d’une voile mue par le vent.

Poursuivons avec Pettineo : nous trouvons ici une œuvre d’art née d’une sorte de performance de différents artistes. En 1990, à la demande d’Antonio Presti, un kilomètre de toile a été peint, puis divisée et distribuée aux habitants du village, transformant Pettineo en un musée domestique. L’œuvre d’art ainsi démembrée est conservée par les citadins à l’intérieur de leurs maisons, mais ne vous découragez pas : des expositions publiques sont organisées périodiquement pour en profiter. En croisant les doigts, nous pourrons peut-être le voir. 

De Pettineo, à 18 km de distance, on arrive à Motta d’Affermo pour découvrir la huitième des onze interventions artistiques de la Fiumara: Energia mediterranea (énergie méditerranéenne), créée en 1990 par l’artiste Antonio di Palma. La sculpture, contrairement aux précédentes décrites, est monumentale dans le sens horizontal et représente une vague bleue de ciment positionnée dans les montagnes (entre les monts Nebrodi et Madonie) qui se détache sur le fond bleu de la mer derrière elle. 

En nous dirigeant vers le nord sur 9 km, en direction de la mer, nous arrivons à l’une des œuvres les plus célèbres et les plus marquantes de Fiumara, 38° Parallelo-Piramide, créée par Mauro Staccioli en 2010. La sculpture est une pyramide en acier corten de 38 mètres de haut, avec une fente qui n’est traversée par la lumière que pendant le coucher du soleil. À certaines périodes de l’année, lors du « Sacre de la lumière », il est possible d’entrer dans l’œuvre par un tube de fer, complètement dans l’obscurité, qui mène à la cavité illuminée de la sculpture. 

Notre voyage à travers l’art contemporain en plein air se termine à Tusa, où nous visiterons, dulcis in fundo, l’œuvre dédiée au père de Presti, initiateur du projet Fiumara d’arte : La materia poteva non esserci de Pietro Consagra, une sculpture de formes abstraites de pas moins de 18 mètres de haut

Partagez ce contenu !

EMPLACEMENT

DURÉE

Distance

Difficulté

Des endroits

Saisons

ENVIRON

  • Itinéraire des écrivains

    La Sicile est la terre des mythes, évocatrice et magnétique, peut-être en raison de sa forme triangulaire, peut-être par sa [...]

  • PARCS ARCHÉOLOGIQUES ENTRE CATANE ET TAORMINA

    Tous les sites archéologiques ne sont pas immergés dans la nature, à des kilomètres des centres-villes. Certaines villes ont poursuivi [...]

  • Itinéraires équestres de Sicile – Itinéraires à cheval

    Pour ceux qui souhaitent s’offrir des vacances ou une simple promenade à cheval, avec les temps et les rythmes dictés [...]