PARCS ARCHÉOLOGIQUES DANS LA RÉGION DE SYRACUSE

Dettaglio

Fermez les yeux et imaginez que vous êtes parmi les ruines d’une ancienne capitale millénaire… Maintenant, ouvrez-les : la réalité dépasse même l’imagination ici à Syracuse. Fondée par des colons corinthiens en 733 avant J.-C., la ville devint si importante que Thucydide, pour dater les fondations d’autres villes siciliennes, utilisa la date de la fondation de Syracuse comme terme de comparaison (comme nous utilisons la naissance du Christ). Syracuse était, en quelque sorte, la capitale grecque de la Méditerranée occidentale, même à l’époque hellénistique puis byzantine. Elle a subi un déclin irrémédiable lorsque les Arabes ont conquis toute l’île et ont fait d’une autre ville sur la mer Tyrrhénienne leur capitale : Palerme. 

Il existe deux Parcs Archéologiques dans la province de Syracuse. Êtes-vous prêt à les découvrir ? 

Commençons par le Parc Archéologique de Syracuse, Eloro et la Villa del Tellaro.

La première étape doit être le Parc Archéologique de Syracuse, qui comprend la partie nord du quartier de Neapolis, l’un des cinq qui composaient Syracuse à l’époque grecque et romaine, où se trouvent les monuments les plus célèbres de la ville : le théâtre grec (où les tragédies et les comédies antiques sont à nouveau jouées depuis 1914, grâce à l’INDA), l’amphithéâtre romain et l’autel de Hiéron II (un autel grandiose pour les sacrifices publics). Cet extraordinaire complexe de monuments a pour toile de fond l’arc spectaculaire des Latomie del Paradiso et Santa Venera : d’anciennes carrières de pierre dans lesquelles, entourées d’une végétation luxuriante d’orangers et d’arbres séculaires, se trouvent des grottes suggestives et énormes, dont la Grotta dei Cordari et l’Orecchio di Dionisio. Ce dernier a reçu ce nom du Caravage, qui l’a visité au XVIIe siècle, en raison de sa forme particulière d’oreille d’âne. Une légende bien connue raconte que le tyran Dionysos avait l’habitude d’enfermer ses ennemis à l’intérieur de la grotte pour écouter leurs discours, amplifiés par la cavité, depuis le haut, sans être vu. L’extrémité orientale du parc, près de la latomia de Santa Venera, se termine par une agglomération rocheuse composée d’une série de chambres funéraires dont la « Tombe d’Archimède« . Prenez votre temps pour ce voyage vertigineux dans l’antiquité. 

Passons maintenant au deuxième arrêt obligatoire, également dans la ville de Syracuse : le Musée  Archeologique Régional Paolo Orsi. L’un des plus grands musées d’Europe par l’étendue de son espace d’exposition, il est unique en ce qu’il contient les résultats des recherches menées dans la région depuis la fin du 18e siècle. Au rez-de-chaussée, outre l’Auditorium, se trouvent les réserves, les cabinets de restauration, de graphisme et de photographie et le Medagliere avec les prestigieuses collections numismatiques, parmi les plus célèbres au monde. Au premier étage, on trouve une exposition sur la préhistoire et la protohistoire de la Sicile orientale, une autre consacrée aux colonies grecques de la même région et une section consacrée aux sous-colonies de Syracuse, puis de Gela et d’Agrigente. Il abrite également le squelette d’un animal préhistorique éteint : l’éléphant nain (d’environ un mètre et demi). Selon certains, la légende des cyclopes trouve son origine dans ces animaux : les anciens voyageurs méditerranéens, en trouvant ces crânes avec un énorme trou dans le front (le trou du trompe, pour être précis), ont dû penser qu’il s’agissait de géants borgnes ! 

Nous quittons maintenant la ville et nous dirigeons vers l’est sur quelques kilomètres. Le premier site d’intérêt que nous rencontrons est le Gymnase romain, situé le long de la Via Elorina, l’ancienne route qui menait à la sous-colonie d’Eloro. En continuant sur la même route, à 3 km de Syracuse, on trouve les vestiges du temple de Zeus Olympius: de là, on a une vue complète sur le Porto Grande, les marais salants, Ortigia et le Plemmirio. La base et deux colonnes (sur dix-sept) du temple sont conservées. En continuant vers l’est, en entrant dans le territoire de Noto, on arrive à la Villa del Tellaro: une grande villa romaine de l’époque impériale tardive, sur la rive droite du fleuve Tellaro, riche en mosaïques complexes et colorées (IVe siècle après J.-C.), dont la représentation de la scène de la rançon du corps d’Hector et d’autres scènes de chasse.

De Noto, nous nous dirigeons maintenant vers le nord, vers Palazzolo Acreide. À l’ouest de cette splendide ville baroque se trouve la zone archéologique d’Akrai, la plus ancienne des sous-colonies de Syracuse (d’après Thucydide), fondée en 664 avant Jésus-Christ. La zone est dominée par la présence du théâtre, le bouleuterion, datant du 2ème siècle avant J.-C., et d’un bâtiment probable du 2ème siècle avant J.-C.. La zone est dominée par la présence du théâtre, le bouleuterion, datant du IIe siècle avant J.-C., et d’un probable bâtiment thermal avec une salle centrale circulaire ; sur l’acropole, il reste les fondations d’un temple archaïque datant de la seconde moitié du VIe siècle avant J.-C.. C., identifié comme le temple d’Aphrodite. Au début de la période chrétienne, un complexe de catacombes et d’hypogées funéraires a été ouvert sur les murs de la latomie de la période classique (Intagliata et Intagliatella). En s’éloignant de l’acropole et en descendant le long du versant sud du Colle Orbo, on trouve ensuite le « Santoni« , un sanctuaire datant du IIIe siècle avant J.-C.consacré au culte de la déesse Cybèle, caractérisé par la présence de grandes sculptures rupestres. Si vous êtes tombé amoureux de cette petite ville, si riche en histoire et complètement immergée dans la nature, ne manquez pas l’occasion, entre une promenade et une autre, de visiter le Palazzo Cappellani, qui abrite le Musée archéologique avec des pièces provenant d’Akrai, Kasmene et Leontinoi. 

En revenant maintenant au nord de Syracuse, près du hameau de Belvedere, on peut voir les vestiges d’une puissante fortification : le Château d’Euryale, qui fermait l’unique entrée de l’une des plus extraordinaires enceintes du monde grec, longue de plus de 27 km. Nous continuons vers le nord pour atteindre la Nécropole de Pantalica, un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO avec la ville de Syracuse : une nécropole protohistorique monumentale (et plus encore) où nous pouvons également profiter de la nature la plus intacte [lien l’itinéraire de Pantalica]. 

En continuant vers le nord le long de la côte ionienne, nous entrons dans la juridiction du Parc Archéologique de Leontinoi. Le premier arrêt est la zone archéologique de Megara Hyblea, à Augusta (SR). Cette ville a été fondée par les Grecs de Megara Nisea au 8e siècle avant Jésus-Christ. Avec Lentinoi, elle est l’une des plus anciennes fondations grecques de Sicile. Aujourd’hui, les fouilles de Megara Hyblea sont d’une importance fondamentale car il est possible de prendre connaissance du premier tracé d’une cité de la Grèce occidentale et de son urbanisme. À une courte distance, légèrement à l’intérieur des terres, entre les villes de Carlentini et Lentini, se trouve le site archéologique de Leontinoi. Le site, habité depuis l’âge néolithique, a été colonisé par les Grecs de Chalcis en 729 avant Jésus-Christ. Les artefacts du site sont aujourd’hui conservés au Musée archéologique de Lentini (SR), qui comprend plusieurs niveaux d’exposition, avec un récit muséologique qui va de la protohistoire au Moyen Âge, y compris les découvertes sous-marines de Contrada Castelluccio. Enfin, si nous nous déplaçons un peu plus à l’intérieur des terres, nous pouvons visiter la dernière étape de cet itinéraire : le Monte San Basilio. Une colline stratégiquement située, où ont été retrouvés les vestiges d’un sanctuaire gréco-archéen, ainsi que ceux d’un imposant mur de la période classique, confirmant le rôle militaire de cette fortification, identifiée à l’ancienne Brikinnia. 

Partagez ce contenu !

EMPLACEMENT

DURÉE

Distance

Difficulté

Des endroits

ENVIRON

  • Route du thon de retour

    Qu'est-ce que la "pêche au thon de retour" ? Combien voulez-vous parier que vous y avez pensé immédiatement en lisant [...]

  • La Sicile en kayak

    Pagayer, pagayer, pagayer... un, deux, un deux... dans le silence de la nature, glissant doucement sur l'eau, se confondant presque [...]

  • Itinéraires équestres de Sicile – Itinéraires à cheval

    Pour ceux qui souhaitent s’offrir des vacances ou une simple promenade à cheval, avec les temps et les rythmes dictés [...]