CHEMINS DE LA FOI: ITINERARIUM ROSALIAE

Dettaglio

Il existe une façon de voyager différente, aussi vieille que l’humanité elle-même, mais qui nous offre toujours de nouvelles réponses: la marche. Loin de la frénésie de la ville, de la course contre le temps de nos vies surchargées, la marche nous ramène à un seul temps : celui de la nature qui nous entoure et de nos pensées les plus intimes.

Cet itinéraire reprend l’un des plus importants chemins de la foi en Sicile:  l’Itinerarium Rosaliae. Il s’agit du chemin que Santa Rosalia a suivi, de l’Ermitage de Santo Stefano di Quisquina (en province d’Agrigente, où elle s’était réfugiée pendant douze années après avoir refusé de se marier à Palerme) au Sanctuaire du Monte Pellegrino (Palerme), où la Sainte était retournée avant de mourir à l’âge de 40 ans, en 1170.

Que vous soyez croyants ou non n’a pas d’importance, car « il n’y a pas de tristesse qui ne s’atténue et ne se dissipe lentement au fur et à mesure que vous marchez » (R. Battaglia).  Cet itinéraire peut aussi être parcouru à vélo ou à cheval et se compose de pistes cavalières, de chemins muletiers, de sentiers et de voies ferrées inutilisées. Il a une longueur de 185 Km et passe à travers le Parc des Monti Sicani, des resèrves, des zones naturelles et 14 communes. Vous vivrez une expérience dans la nature mais aussi dans la culture, les traditions, les saveurs et l’art.

On commence par l’Ermitage de Santa Rosalia, dans la municipalité de Santo Stefano di Quisquina, sur le mont Cammarata (AG), le plus haut sommet des Monts Sicani. L’ermitage, situé dans une forêt naturelle de chênes, est un monastère du XVIIIe siècle adjacent à la grotte où vécut Rosalia, qui porte encore une épigraphe de la sainte, écrite en latin. Prenez ensuite un chemin qui mène à un ruisseau au fond de la vallée. Après avoir traversé le torrent, on rejoint la route provinciale qui mène dans l’arrière-pays aux districts de Castagna et Altavilla, dans le Parc des Monts Sicani. On arrive ainsi au Couvent de Mélia, probablement un ancien monastère brésilien, où l’on trouve des plantations d’azederac, «l’arbre du rosaire» (en effet, avant l’invention du plastique, les noyaux de son fruit servaient à fabriquer des rosaires). D’ici vous pourrez jouir d’une vue splendide sur le lac Fanàco: en effet, vous serez dans un lieu qui favorise naturellement la contemplation et la méditation. Continuant la promenade, vous arriverez à Borgo Riena, un village de l’époque fasciste, abandonné depuis 1950, où vous aurez l’impression d’avoir remonté le temps. Vous êtes dans la zone du Mont Carcaci d’où, parmi les chênes verts et les chênes pubescents vous atteignez la ville de Prizzi, l’une des communes les plus élevées de Sicile (996 mètres sur le niveau de la mer). En suivant le cours de la rivière Raia vers le lac Gammàuta, on arrive au Palazzo Adriano, dans la Vallée del Sosio (une vallée de grand intérêt paléontologique car elle contient les fossiles les plus anciens et les plus précieux de Sicile). Palazzo Adriano fait partie de l’éparchie de Piana degli Albanesi: d’origine arbereshe, bien que l’usage de la langue maternelle se soit perdu (la langue Albanaise du XV siècle), la plupart des habitants conservent le rite byzantin. Maintenant on va se diriger vers Portella Fontanelle pour descendre en direction du centre de Burgio; ensuite, on prend la « regia trazzera » et on se dirige à l’ouest vers Portella Rossa. A 10 km de Burgio, dans la localité de San Carlo, vous pourrez visiter les ruines du Château de Cristia, entourées d’une forêt de chênes verts et de chênes pubescents. A partir d`ici, la montée devient intense et nous amène vers le nord jusqu`à Chiusa Sclafani, entre canyons et cerisiers où le parcours se perd entre les rues du village. En traversant cette zone vous montez encore vers le nord, en direction de Bisacquino. Vous continuez ensuite sur une voie ferrée qui vous mènera vers Santa Maria del Bosco (une ancienne Abbaye bénédictine) jusqu’à la gare de Contessa Entellina, la première colonie de fondation Albanaise d’Italie (1450). Au milieu des édifices religieux de rite grec et des sites archéologiques, ne manquez pas l’occasion de vous rafraîchir avec un vin de la région, qui fait partie des zones DOC de la Sicile occidentale.

On continue à suivre l’ancienne voie ferrée et, en traversant des paysages agricoles, des montagnes et des collines, on arrive à une « regia trazzera » qui va jusqu’à Ficuzza. Ce petit village niché au pied de Rocca Busambra, abrite le Pavillon de Chasse Royal, c’est-à-dire un palais royal commandé par le roi Ferdinando III en 1799. A son intérieur, à droite du bâtiment, vous trouverez la petite église de Santa Rosalia. Traversez donc la Réserve Naturelle Bosco della Ficuzza, avec ses gorghi typiques (étangs temporaires) et dirigez-vous vers le lac de Piana degli Albanesi en jouissant d’une vue splendide sur les Montagnes de la Moarda. Finalement vous arriverez au centre-ville de Piana degli Albanesi, le plus important et le plus connu des centres de la communauté albanaise de Sicile. En sortant du pays en direction de la Réserve Naturelle Serre della Pizzuta (une autre Réserve naturelle avec ses orchidées sauvages, martres, belettes, renards et oiseaux de toutes sortes), vous rencontrerez d’abord le Refuge Norina, puis le centre de visiteurs et le Refuge Pozzillo. En fin, après avoir traversé une forêt dense, vous arriverez à Portella Pozzillo où vous pourrez jouir d’une vue magnifique sur Palerme.

Maintenant on va descendre à travers les plantations d’agrumes de la Vallée de l’Oreto, en direction de Monreale, où il faut absolument visiter sa célèbre Cathédrale. De Piazza Vittorio, vous suivez la route, datant de la moitié du XVIIIe siècle et embellie par de splendides fontaines en marbre et en pierre, qui mène de Monreale à Palerme. Une fois arrivés au fond de la route, au pied du Monte Caputo, continuez tout droit vers la mer et vous arriverez au cœur de la ville de Palerme. On arrive donc à la Cathédrale: dans la nef droite se trouve la dépouille mortelle de Santa Rosalia, conservée dans une urne en argent en forme de vaisseau et portés en procession pour le célèbre Festino. Après avoir fait un tour parmi les places, les monuments et les marchés de la capitale, dirigez-vous vers le Parc de la Favorita, le poumon vert de cette ville. A l’intérieur du parc, sur la rue Bonanno, au pieds du Monte Pellegrino, vous rencontrerez l’escalier Bourbon avec son pavé : la célèbre acchianata, c’est-à-dire le chemin parcouru par les Palermitains pour atteindre le sommet du sanctuaire. Un parcours assez raide dans sa première partie, mais qui va graduellement s’adoucir en arrivant à destination. A une altitude de 429 mètres vous vous trouverez face au Sanctuaire, un édifice construit en 1625 qui vous permettra d’accéder à la grotte où l’on avait retrouvé les restes mortels de la Sainte. Dans la grotte il y a une atmosphère mystique et méditative. Profitez donc, de cette destination car maintenant vous vous sentirez vraiment changé: à vous de dire si c’était la proximité de la Sainte ou le voyage lui-même qui vient de se terminer.

Partagez ce contenu !

EMPLACEMENT

DURÉE

Distance

Difficulté

Des endroits

Saisons

ENVIRON

  • ITINERAIRES D’ARCHEOLOGIE SOUS-MARINE

    Êtes-vous passionné par les fonds marins, toujours à la recherche de nouveaux trésors à découvrir ? la Sicile offre 21 [...]

  • Un voyage à travers l’art de rue de Trapani

    Certaines personnes veulent rendre le monde meilleur. Je veux juste faire du monde un endroit plus beau. Si vous ne [...]

  • La Sicile à la voile : de Palerme à Mondello et Capo Gallo

    C’est l’itinéraire idéal pour ceux qui veulent s’aventurer en mer vers l’ouest de la Sicile en ayant peu de temps [...]