PARC ARCHEOLOGIQUE DE CAMARINA ET CAVE D’ISPICA

Dettaglio

Découvrir des fondations anciennes, s’y promener et profiter de la nature la plus intacte ou des splendides côtes africaines ? Bienvenue dans le parc archéologique de Kamarina et de Cava d’Ispica. 
Kamarina, dont le nom signifie, selon Strabone, « habitée après beaucoup de travail », a été fondée au début du 6e siècle avant J.-C. (598 avant J.-C.). (598 avant J.-C.) par les anciens Grecs doriques de Syracuse. Il n’en reste aujourd’hui que des ruines et d’importantes découvertes archéologiques, principalement sur la colline de Cammarana, sur le territoire de la municipalité de Ragusa (sur la côte, près de Scoglitti). C’est ici, dans la Contrada du même nom, que se trouve le siège du Musée régional de Camarina, installé dans un bâtiment rural construit à la fin du XIXe siècle au sommet de la colline autour du temple d’Athéna. Le musée présente une riche collection d’amphores commerciales de la période archaïque, de faune et de découvertes préhistoriques de la région, ainsi que des reconstitutions de certaines tombes. On accède au dernier pavillon du musée, où est présenté l’espace public de la ville (l’agora du Ve siècle avant J.-C.), par un espace fermé. Dans la cour du bâtiment, il est également possible de visiter les vestiges du temple d’Athéna (5e siècle avant J.-C.). Le tronçon allant du temple à l’agora offre une vue imprenable. Les fondations, les murs et les sols des maisons sont visibles le long de l’ancienne route.

En restant sur la côte, un peu plus au sud, nous trouvons un autre site qui fait partie du Parc : la zone archéologique de Caucana, un établissement de la fin de l’Antiquité et de la période byzantine, identifié sur le site d’Anticaglie (S. Croce Camerina). C’est l’un des rares villages connus datant de cette période. On connaît pas moins de 25 bâtiments de l’établissement, répartis à la fois le long de la mer, avec des vues incroyables sur les eaux méditerranéennes, et dans l’arrière-pays immédiat. En plus des anciennes habitations éparpillées, il y a une petite église datant du 6ème siècle avant J.-C., avec trois nefs et une abside semi-circulaire. Des études récentes dans le bâtiment XV ont également confirmé une phase d’occupation vandale et, dans le bâtiment VI, la présence d’une sépulture urbaine pour une sainte femme. 

Avez-vous suffisamment profité des plages accueillantes, ensoleillées et sablonneuses de la région de Raguse ? Car il est maintenant temps de se rendre dans la ville de Ragusa pour visiter le Musée Archéologique d’Ibleo. Elle est organisée en six sections : la préhistoire, les Grecs et Kamarina, les indigènes, les centres hellénistiques, les centres romains tardifs et byzantins, les collections et les achats. Un véritable voyage dans le temps dans cette partie de la Sicile. Dans la section consacrée aux sites indigènes, il convient de noter la dalle de calcaire du 6e siècle avant J.-C. trouvée à l’intérieur de Camarina, connu comme le « Guerrier de Castiglione« . Où se trouve l’ancienne Castiglione ? Il suffit de sortir de Raguse pour parcourir quelques kilomètres et vous arriverez à l’établissement sicilien et à la nécropole de Castiglione: un village indigène de la période archaïque (6e siècle avant J.-C.), où vivaient les Siciliens de la région de Camarina. Il ne reste que les fondations de quelques bâtiments et la nécropole avec ses tombes rupestres typiques. 

Nous nous dirigeons maintenant vers le Parc Archéologique de Cava d’Ispica. Nous devrons passer Modica et nous diriger vers Rosolini (sans l’atteindre). La Cava est une vallée étroite qui s’étend du N-W au S-E sur environ 14 km sur le territoire des municipalités de Modica, Ispica et, en partie, Rosolini (SR). Une route complètement immergée dans la nature la plus sauvage (si vous aimez le trekking, vous êtes au bon endroit), qui déjà au 18ème siècle était une destination du Grand Tour pour la présence de vastes établissements rupestres médiévaux et d’une végétation luxuriante. Aujourd’hui encore, il est possible de visiter des villages troglodytes (la Grotte Cadute), des églises rupestres (S. Maria, S. Nicola, Spezieria) et des nécropoles rupestres remontant à l’époque byzantine (Catacombe della Larderia). On y trouve également des monuments plus anciens, comme un gymnase de la période hellénistique et une tombe monumentale de la période préhistorique. À la sortie de la Cava Ispica, au sud, se trouve l’éperon de Forza, connu sous le nom de Parco Forza, à Ispica. C’est une forteresse naturelle, habitée depuis l’âge du bronze antique jusqu’à la colonisation grecque. La forteresse n’a été réoccupée qu’en 1169 et était le fief de la ville de Spaccaforno. La forteresse a été rasée par le tremblement de terre de 1693, le même qui a dévasté toute la vallée de Noto, et la ville a été déplacée sur le site opposé, donnant naissance à l’actuelle Ispica. L’ancienne ville se dresse encore sur la roche, avec l’église de S. Pietro, que la famille Statella a agrandie et dédiée à la SS. Annunziata ; ou le Palazzo Marchionale, auquel on accède en traversant une cour carrée ; ou encore le tunnel de 250 m de long, appelé Centoscale, qui permettait de descendre jusqu’au ruisseau pour l’approvisionnement en eau.

Nous sommes arrivés à la fin, mais pour compléter la visite du parc archéologique, nous devons également atteindre les sites de Villa rustica Margi, à Giarratana (fondations d’un petit établissement rustique de l’époque romaine) et l’établissement sicilien de Monte Casasia, sur le cours supérieur de la rivière Dirillo (l’ancienne Acathes), près de Monterosso Almo (RG).

Partagez ce contenu !

EMPLACEMENT

DURÉE

Distance

Difficulté

Des endroits

Saisons

ENVIRON

  • Route du thon de retour

    Qu'est-ce que la "pêche au thon de retour" ? Combien voulez-vous parier que vous y avez pensé immédiatement en lisant [...]

  • Itinéraires équestres de Sicile – Itinéraires à cheval

    Pour ceux qui souhaitent s’offrir des vacances ou une simple promenade à cheval, avec les temps et les rythmes dictés [...]

  • Pas seulement la mer: les lacs de Sicile

    La Sicile est traversée par de nombreux cours d'eau, tous de faible longueur ou de faible débit, mais qui représentent [...]