ART DE RUE À MESSINA

Dettaglio

Banlieues grises, quartiers entiers abandonnés, bâtiments illégaux… Si vous pensez qu’il n’existe aucun remède aux distorsions et à la laideur créées par l’homme, eh bien, vous avez tort. Ce n’est peut-être pas une solution définitive, bien sûr, mais l’art de rue sait comment transformer la dégradation en opportunité, en la transformant en joie, en couleur et en agrégation sociale. Dans cet itinéraire, nous découvrirons certaines des œuvres d’art de rue les plus intéressantes de la région de Messine. Êtes-vous prêt ? 

Commençons par la côte ionienne de la province : Giardini Naxos. Ici, depuis 2012, Emergence, le festival d’art de rue, a amené de nombreux artistes à enrichir la ville d’œuvres d’art colorées, principalement situées sur le front de mer et sur le Consolare Valeria derrière celui-ci. Mais les efforts de l’association Emergence ont trouvé leur synthèse à la jetée qui défigure la baie. Pour la transformer en un véritable monument du XXIe siècle, on a fait appel à l’artiste romain Danilo Bucchi, qui a créé une œuvre véritablement monumentale, intitulée Per vivere si muore, dédiée au « courage des hommes qui montent sur un bateau et affrontent l’inconnu« . Pour la voir, il faut longer tout le mur de la jetée sur laquelle l’œuvre a été créée : un mur d’environ 270 mètres de long et 10 mètres de haut. La mer, à côté, vous accompagnera dans cette promenade.

Déplaçons-nous maintenant vers le nord, à Messine. Avant d’arriver dans le centre, arrêtons-nous à la Casa Cammarata, le « château » de Maregrosso, une construction d’art de rue ante litteram. Alors que le street art est né à New York, à Messine, dans les années 1970, un soldat et maçon à la retraite nommé Giovanni Cammarata décide de décorer sa baraque et les maisons environnantes avec une forme d’art inhabituelle, composée de figures fantasmagoriques, de madones, de nymphes et de statues africaines (un vieux souvenir de ses années de soldat). Très peu de statues ont survécu, y compris deux des trois éléphants jaunes qui regardaient vers la mer, mais de nombreux artistes de la région ont poursuivi son œuvre : parmi eux, Poki, qui a créé une peinture murale représentant le troisième éléphant manquant. Devant la peinture murale se trouve le visage de Cammarata, avec son manifeste poético-artistique et la phrase qu’il avait l’habitude de répéter : « si nous donnons un pinceau à un enfant, il ne prendra jamais une arme« , artistiquement réinterprétée par Kuma. 

Penchons-nous maintenant sur la ville. En 2013, le célèbre artiste Blu a laissé une trace de son passage, avec une œuvre intitulée La caccia al pesce spada (La chasse à l’espadon) : une dénonciation sociale, civile et culturelle contre la dégradation, réalisée sur la Casa del Portuale. À partir de là, d’autres artistes ont suivi son exemple. À commencer par l’une des peintures murales les plus célèbres, Without name de Nemo’s, qui représente quatre corps nus suspendus comme s’il s’agissait de draps mis à sécher. Une œuvre dédiée à l’athlète somalienne Samia Yusuf Omar et à tous ceux qui ont perdu la vie en Méditerranée. La métaphore est très forte : c’est la nudité des corps suspendus pour sécher qui fait scandale, et non la mort elle-même, qui dégouline des corps suspendus. 

Sur le même thème, nous trouvons également dans la ville l’œuvre très colorée de l’artiste espagnole Julieta (une sirène en pleurs entourée de carreaux de majolique siciliens) ; et puis encore la mer, mais de son dur labeur, est le sujet de la peinture murale Lillo de Seacreative ; ou des mythes venant de la mer, racontés par Jason et le Dragon de Luca Zamoc, une œuvre sur le commandant des Argonautes à la recherche de la Toison d’Or, représentée dans les couleurs de la ville (rouge et jaune). Et puis il faut absolument voir Le Bernard-l’Hermite et le marin d’Anc et Poki : un Bernard-l’Hermite géant surmonté du Phare, qui contient les symboles de la ville. Fatigué ? Cela ne s’arrête pas là. Si vous voulez vous reposer, achetez un ticket et montez dans le tram: en traversant la ville, vous aurez une visite immersive de l’art de rue. À chaque arrêt de tramway, vous trouverez une peinture, réalisée grâce aux efforts du projet « Distrart – Distretto d’arte urbana ». Un voyage à travers les mythes de Colapesce, Carriddi, les géants locaux Mata et Grifone, Ulysse et ses Sirènes

Quittons la ville du détroit et dirigeons-nous vers l’est pour rejoindre la dernière étape de cet itinéraire, San Salvatore di Fitalia. Ce petit village des monts Nebrodi abrite deux joyaux de création récente mais au goût ancien. Nous parlons des peintures murales du Caravage d’Andrea Ravo Mattoni : la Cène d’Emmaüs et la Nativité avec les saints Laurent et François, le chef-d’œuvre du Caravage, tristement célèbre parce qu’il a été volé par la mafia à Palerme en 1969. L’artiste a donc voulu rendre ce splendide Caravaggio perdu à la Sicile. Deux pièces de la Renaissance, fidèlement reproduites et offertes à la communauté : ceci aussi est du street art.

Partagez ce contenu !

EMPLACEMENT

DURÉE

Distance

Difficulté

Des endroits

Saisons

ENVIRON

  • Chemins franciscains en Sicile

    L’émotion de vivre une Sicile différente et inconnue à travers les Chemins franciscains.. De superbes itinéraires à pied pour rejoindre de [...]

  • La Sicile à la voile : de Milazzo à Vulcano

    Vulcano est une étape incontournable pour un tour à la voile des îles Éoliennes. C’est l’île la plus proche de [...]

  • LE CHEMIN DES FRERES

    Il existe une autre Sicile, loin des côtes, des foules et du tourisme de masse. Une île dans l'île, si [...]