CHATEAUX OCCIDENTAUX ENTRE PALERME ET TRAPANI

Dettaglio

Vous aimeriez gravir les collines les plus escarpées, contempler des murs imposants et vous imaginer comme le seigneur des fiefs en contrebas ? S’il y a quelque chose qui fait immédiatement remonter notre imagination dans le temps, ce sont les châteaux. La Sicile compte plus de 200 châteaux et de tous les visiter serait presque impossible. Mais si vous avez envie d’en explorer quelques-uns, nous allons découvrir ici les châteaux de la Sicile occidentale. Êtes-vous prêt ?

Si vous arrivez de l’est ou du centre, la première étape de votre voyage est le Château des Ventimiglia à Castelbuono. Dès que l’on entre dans la ville, le manoir est immédiatement visible, au centre d’un théâtre scénique entouré de bois et de ruisseaux et cerné par une couronne de montagnes sur laquelle se dressent les villages voisins. Commencé dans les premières décennies du XIVe siècle, le bâtiment actuel est le résultat de nombreuses reconstructions, signes avant-coureurs de divers styles architecturaux qui se sont superposés au fil des siècles : certains éléments sont arabes, d’autres normands, et d’autres encore sont basés sur des constructions militaires souabes. Le château abrite dans sa Chapelle Palatine la relique sacrée du crâne de sainte Anne, la patronne de la ville. La chapelle est également finement décorée de stucs réalisés par les frères Giuseppe et Giacomo Serpotta, parmi les plus beaux exemples du baroque sicilien. Aujourd’hui, le château abrite également le Musée Civique, qui offre aux visiteurs une riche collection permanente et un programme complet d’expositions temporaires et d’activités culturelles. Il est impossible de ne pas être fasciné par une telle beauté. 

Déplaçons-nous maintenant vers l’ouest, à Caccamo. Son Château est l’un des plus grands et des mieux conservés des châteaux normands en Italie. Le château domine le pittoresque dédale de ruelles, de maisons et d’églises de la ville, ainsi que la splendide vallée dans laquelle s’enfonce le fleuve San Leonardo, aujourd’hui barré par un barrage (lac Rosamarina). Vous serez enchanté par la vue qu’offre le château sur cette étendue d’eau vert émeraude enchâssée dans les montagnes. Les premières mentions de la fortification remontent à 1160, année où le propriétaire Matteo Bonello, un ennemi du roi Guillaume Ier connu sous le nom de « il Malo », a utilisé le château comme refuge après l’échec d’une tentative de subversion (la « conspiration des barons »). Le traître du roi, qui était tombé dans le piège par ruse, fut amené à subir ce qui était à l’époque tout à fait légal pour Sa Majesté. Depuis lors, dit-on, le traître continue à errer, en habits d’époque, parmi les pièces du château… Et si un fantôme ne suffit pas, les nuits de pleine lune, il y aurait aussi le fantôme d’une jeune religieuse, protagoniste d’une histoire d’amour sans fin heureuse, tenant une grenade. Selon la légende populaire, celui qui parvient à manger toutes les baies de grenade sans en laisser tomber trouvera une immense chance ; sinon, il sera obligé d’errer autour du château pour l’éternité. Cela fait peur ? N’en n’ayez pas : ce ne sont que des légendes. Si l’histoire vous a trop chamboulé, il vous suffit de vous promener dans les splendides pièces du palais et de regarder à nouveau par l’une de ses fenêtres pour profiter de la vue imprenable. 

Reprenons la route et entrons au cœur de la capitale régionale : Palerme. Oui, car tous les châteaux ne sont pas perchés sur des pentes abruptes. L’un des châteaux les plus importants de Sicile est le Château de Zisa, qui se trouvait autrefois à l’extérieur de la ville de Palerme (aujourd’hui dans le quartier du même nom). C’est le roi Guillaume Ier « Il Malo » (toujours lui) qui a commencé les travaux en 1165, qui ont ensuite été achevés par son successeur Guillaume II (connu sous le nom de « Il Buono »). Conçu comme résidence d’été pour les rois, le palais est l’un des meilleurs exemples de la combinaison de l’art normand et de l’ingénierie arabe (cette dernière, en particulier les systèmes d’échange d’air dans les chambres). Ce n’est pas un hasard si le bâtiment est orienté au nord-est, c’est-à-dire vers la mer, afin de profiter au mieux des brises plus tempérées. Ces brises devenaient également humides lorsqu’elles passaient au-dessus du grand bassin à poissons situé devant le palais, qui avait été construit spécifiquement pour maintenir les pièces intérieures plus fraîches. Entrez et perdez-vous dans l’une des étapes les plus significatives de l’itinéraire arabo-normand, reconnu par l’Unesco comme patrimoine mondial.

À quelques kilomètres de l’agitation de la ville se trouve le Château de Carini. Construit à partir du 11e siècle, le château est encore imposant et parfaitement conservé. Mais sa renommée, plus que son état de conservation, est liée à la légende de la célèbre Baronne de Carini, racontée pendant des siècles par les conteurs siciliens qui ont parcouru l’île de long en large. On raconte que la jeune baronne, tuée par son père pour une question d’honneur, fasse apparaître l’empreinte de sa main sur un mur du château le jour de l’anniversaire du crime (4 décembre). Si vous êtes superstitieux, évitez simplement cette date. Mais au-delà des fantômes, le château continue en réalité de fasciner les visiteurs avec ses deux étages remplis de fresques, de statues, de portails en marbre et de plafonds en bois

Nous continuons maintenant vers l’ouest et nous nous arrêtons à Alcamo. C’est là, sur la large Piazza della Repubblica, avec ses jardins luxuriants et bien entretenus, que se dresse le Château des comtes de Modica. Construit vers 1350, il tient son nom des comtes (la famille Cabrera) qui l’ont possédé de 1400 à 1800. Aujourd’hui, le château abrite le Musée Ethnographique et la Cave à vin historique régionale, et est à nouveau ouvert à toute la communauté de la ville. 

Nous sommes maintenant prêts pour la dernière étape de notre tour des châteaux de la Sicile occidentale, et pour l’atteindre nous devrons voyager à l’extrémité ouest et arriver à Erice. Ici, dans un décor à couper le souffle, dans l’angle sud-est du sommet du mont Erice, se dresse le Château de Vénus, un manoir normand du XIIe siècle. Le château a été construit sur l’ancien site du temple de Vénus Erycina, la déesse de la fertilité vénérée depuis 1300 avant J.-C. par les peuples successifs (Elymes, Puniques, Romains). À l’intérieur de la forteresse, vous pouvez aujourd’hui admirer de nombreux objets qui témoignent de l’histoire séculaire du site : des thermes romaines au puits de Vénus, des vestiges du temple aux murs médiévaux et enfin aux prisons des Bourbons

Si vous voulez quand même partir à la recherche de nouveaux châteaux à explorer, essayez de retourner vers l’est, vers le centre, vers l’Etna ou directement vers le sud.

Partagez ce contenu !

EMPLACEMENT

DURÉE

Distance

Difficulté

Des endroits

Saisons

ENVIRON

  • Itinéraires équestres de Sicile – Itinéraires à cheval

    Pour ceux qui souhaitent s’offrir des vacances ou une simple promenade à cheval, avec les temps et les rythmes dictés [...]

  • PEDALER DANS LA SALINE DE SICILE

    Vous aimez explorer en vélo ? Et si nous vous disions que vous pouvez le faire au milieu de hauts [...]

  • Itinéraire des écrivains

    La Sicile est la terre des mythes, évocatrice et magnétique, peut-être en raison de sa forme triangulaire, peut-être par sa [...]