Messine, la porte de la Sicile, est une ville à découvrir à pied. Par une belle journée ensoleillée, avec la côte calabraise si proche qu’on pourrait presque la toucher, vous serez frappé par ce coin de terre avec vue sur la mer que les Grecs appelaient Zancle, « faucille ». Et si vous vous demandez pourquoi ils l’ont appelé ainsi, il suffit de jeter un coup d’œil à son port naturel. 

Étape incontournable des bateaux de croisière qui emmènent les touristes autour de la Méditerranée, c’est aussi l’une des plus populaires, et la raison en est simple : la meilleure façon de la découvrir est de marcher ! 

Pour rendre la visite facile et amusante, voici dix choses à faire dans la ville.

  1. Promenade dans le centre historique

Une promenade dans la zone historique autour du Duomo (la cathédrale), au milieu du parfum enivrant de la mer et du passage des calèches typiques, expressions de la Belle Époque de Messine, est notre point de départ. Visiter la superbe cathédrale avec ses trois portails de style gothique tardif et la grande mosaïque du Christ Pantocrator. À l’intérieur se trouve le grandiose orgue polyphonique, l’un des plus grands d’Europe, en parfait état de marche.

  1. Midi sur la Piazza Duomo

Le clocher normand de 60 mètres de haut de la cathédrale est une attraction majeure. Sur sa façade se trouve l’horloge mécanique et astronomique la plus grande et la plus complexe du monde. Une expérience incontournable est de se trouver sur la place à midi, le nez en l’air, pour observer l’original et célèbre carrousel de statues en bronze doré positionné sur la façade. Au son de l’Ave Maria de Schubert pendant environ 12 minutes.

  1. Fontaine d’Orion

Impossible de la manquer. À côté du clocher de la cathédrale se trouve la plus belle fontaine du XVIe siècle d’Europe. C’est ainsi que l’historien de l’art Berenson a décrit la monumentale fontaine d’Orion, dédiée au fondateur de la ville, et réalisée par le disciple de Michel-Ange, le Florentin Montorsoli.

L’autre œuvre de Montorsoli, datée de 1557, est la Fontaine de Neptune, conservée au Musée régional et dont on peut trouver une copie fidèle sur la Piazza Unità d’Italia. La fontaine est une allégorie des eaux du détroit : elle représente le dieu de la mer avec un trident, avec de part et d’autre Scylla et Charybde enchaînées, les deux monstres qui gardent le détroit et protagonistes de certains des mythes les plus fascinants de la Sicile. 

  1. Galerie Vittorio Emanuele III

Toujours près de la Piazza Duomo, nous admirons la spectaculaire et éclectique Galerie Vittorio Emanuele III. De style Art nouveau, la rareté du bâtiment réside dans sa galerie marchande couverte. Trois bras convergent vers le centre, entouré d’une grandiose coupole en verre. Le plafond porte des vitraux multicolores et le sol est décoré de mosaïques. Un spectacle !

  1. Villa De Pasquale

Dans le quartier de la Contesse, à un peu plus de dix minutes du terminus de la ligne de tramway (arrêt Bonino), on peut rejoindre Villa De Pasquale à pied. L’entrepreneur et collectionneur Eugenio De Pasquale, surnommé « il maragià » (le maharadjah) pour sa fantaisie, a vécu dans ce merveilleux bâtiment. Splendide exemple de style Art nouveau, immergé dans un beau parc, la Villa abrite des ateliers de production d’essences raffinées.

  1. Une demi-tasse de crème en admirant le détroit

La visite du centre a été un tourbillon d’émotions. Il est tout à fait naturel de ressentir une certaine faim après avoir vu tant de beauté. Nous choisissons l’un des nombreux petits endroits avec des tables et des chaises à l’extérieur donnant sur le port, d’où nous pouvons continuer à observer l’agitation des passants. Nous nous mettons à l’aise et commandons un granité, mais pas n’importe lequel. 

Messine est la patrie de la « mezza con panna », c’est-à-dire le café. Trempons-y le « tuppo » (sommet) de la brioche. Sinon, nous optons pour un merveilleux cannolo à la ricotta

Entre-temps, nous pouvons admirer le plus grand port naturel de la Méditerranée, qui embrasse la mer bleue du détroit. La même mer dans laquelle Ulysse a navigué, affrontant les vagues menaçantes de ces eaux.

Il est très émouvant d’admirer la stèle de la Madonnina del Porto, qui bénit la ville et accueille les navires qui entrent et sortent. La stèle repose sur un socle portant la phrase latine « Vos et ipsam civitatem benedicimus » (« Nous vous bénissons, vous et votre ville »). 

Passant la barre des 60 mètres, la stèle de la Vierge, patronne de la ville, se dresse au bout du bras de San Raineri. Un peu plus loin, à côté de l’ancien Forte San Salvatore datant de 1546, on peut voir la belle Lanterna di San Raineri, une autre œuvre de Montorsoli sous le règne de Charles V. Construit pour repérer les navires ennemis, il est aujourd’hui le plus ancien phare d’Italie.

  1. Messine spirituelle

Le tourisme spirituel est particulièrement actif à Messine et dans sa province. Avec ses sanctuaires, ses sentiers et ses églises d’une extrême valeur, l’ensemble de la région est une destination qui peut nourrir l’âme des pèlerins, mais aussi de ceux qui considèrent le voyage comme une quête intérieure. 

Parmi les nombreux sanctuaires italiens dédiés à la mère de Jésus-Christ, Messine compte deux des plus anciens et des plus importants : le premier est le Sanctuaire de la Madonna di Montalto, dont l’histoire est liée à la guerre des « Vêpres siciliennes » en 1282 ; le second, situé non loin de Messine, est le Sanctuaire de la Madone noire de Tindari. 

Parmi les lieux religieux les plus importants à visiter dans la ville, l’église de San Francesco d’Assisi, sur Viale Boccetta, est le premier temple de l’ordre franciscain en Sicile. À l’intérieur se trouve la tombe du roi Frédéric III d’Aragon de Sicile. Le temple est représenté dans la peinture de la Pietà aux trois anges, une œuvre d’Antonello da Messina conservée au musée Correr de Venise. 

Non loin de là, sur la Via XXIV Maggio, se trouve le Monastère de Montevergine delle clarisse di Santa Eustochia, qui date du XVIIe siècle et dont une partie du complexe a été fondée en 1453. Eustochia Smeralda Calafato, dont le corps incorrompu est conservé dans le même monastère, selon une reconstitution historique, était aimée par le célèbre peintre Antonello da Messina, qui l’a également représentée dans sa célèbre œuvre de la Vierge Annunziata.

Le Sacrarium ou Sanctuaire du Christ Roi se trouve sur Viale Principe Umberto, sur une colline panoramique sensationnelle qui nous permet de voir tout le port naturel et une grande partie de la ville. De style néo-baroque, le temple a été construit sur le site de l’ancien château de Rocca Guelfonia (ou Matagriffone) qui, en 1191, a accueilli Richard « Cœur de Lion » en route pour la Terre Sainte lors de la troisième croisade. 

Dans l’ancien village de pêcheurs de Briga Marina, la petite église de S. Paolo, qui date du XIIIe siècle, se trouve hors des sentiers battus, mais est extrêmement intéressante. À proximité, nous pouvons contempler la pierreSaint Paul s’est arrêté et assis pour prêcher aux habitants de Messine en l’an 38 de notre ère.

  1. Lieux de culture

L’université des études, créée en 1548 en tant que collège jésuite, dont le portail se trouve aujourd’hui à l’intérieur, fondée par St Ignace de Loyola au 15ème siècle, mérite une visite. Il est bon de savoir que Giovanni Pascoli, qui à Messine a composé le célèbre poème « L’aquilone » (le cerf-volant), Salvatore Pugliatti et Gaetano Martino, l’un des fondateurs de la Communauté européenne, ont enseigné ici.

En poursuivant le long de la rue Tommaso Cannizzaro et en empruntant le Viale Principe Umberto I, nous atteignons l’un des plus prestigieux jardins botaniques de Sicile, dédié à son fondateur Pietro Castelli.

Le Théâtre Vittorio Emanuele, de style néoclassique, situé à deux pas du port, possède une magnifique peinture de plafond de Renato Guttuso représentant le mythe de Colapesce.

Le musée régional, avec ses quatorze salles, nous fait voyager à travers l’histoire de la ville du XIIe au XVIIIe siècle. Parmi les points forts, citons le célèbre polyptyque de San Gregorio d’Antonello da Messina datant de 1473, ainsi que L’adoration des bergers et La résurrection de Lazare, deux huiles sur toile du peintre Michelangelo Merisi da Caravaggio, peintes entre 1608 et 1609.

  1. La « Tour Eiffel » de Messine : le Pylône

Comme vous pouvez l’imaginer, Messine regorge de belvédères à couper le souffle ! Outre le Sacrario di Cristo Re (sanctuaire du Christ Roi) et le Santuario di Montalto (sanctuaire de Montalto), construits sur le Colle della Capperina (colline de la chapelle), on peut profiter d’une vue magnifique à Punta Faro, le point le plus oriental de la Sicile.

Ici se dresse la Tour Eiffel de Messine, le monumental pilier d’acier qui, avec ses 232 mètres de hauteur et ses 1250 marches sur rampes presque suspendues dans le vide, domine l’étreinte amoureuse et tourmentée des deux mers, la Ionienne et la Tyrrhénienne. Une ligne électrique désaffectée, aujourd’hui accessible, éclairée la nuit par 32 phares.

9-.  Messine, mer et légendes

Messine a toujours été liée à la mer et de nombreuses légendes tournent autour d’elle. Parmi celles-ci, citons celle de Colapesce, un jeune pêcheur de Messine qui, au fond de la mer, soutient de son épaule l’une des trois colonnes de la Sicile, et celle de Fata Morgana, qui fait référence à un phénomène optique typique du détroit. De nombreuses légendes sont racontées par la poétesse du détroit Maria Costa, la voix de la mer et des mythes, que vous pouvez rencontrer dans le petit village balnéaire de Case Basse, dans la localité de Paradiso, inscrite depuis 2006 à l’ Eredità ImmaterialeRegistre du patrimoine immatériel – Livre du trésor humain vivant de la région sicilienne.

Depuis le bord de mer, il sera fascinant de voir les bateaux typiques, les felouques, monter et descendre le détroit pour pêcher des espadons, qui atteignent parfois 3 mètres. La pêche à l’espadon, pratiquée ici de mai à août, est un art ancien, transmis de père en fils, qui a inspiré une célèbre chanson de Domenico Modugno.

Si vous voulez vous régaler de moules, de dattes de mer, d’huîtres, de palourdes, d’espadon et de balaous, Ganzirri est l’endroit idéal. Ici, il y a des fermes piscicoles et autour des petits lacs de la Réserve Naturelle, on peut déguster les plats typiques de Messine.

Dans le Parc Horcynus Orca, on trouve une intéressante exposition permanente intitulée « Alfabeti del Due Mari » (Alphabets des deux mers) sur la connaissance de la mer dans le détroit. L’exposition, à mi-chemin entre la vulgarisation scientifique et l’art contemporain, raconte l’histoire des milieux naturels de surface mais aussi de la pêche séculaire de l’espadon, des phoques et des orques, en mettant l’accent sur le mouvement chaotique des courants, les relations proie-prédateur du zooplancton et la flore et la faune typiques du détroit. Voici les suggestions sur les milieux de moyenne profondeur et les abysses, les épaves sous-marines. Enfin, dans un espace sans lumière, vous pourrez admirer une collection unique de poissons abyssaux, les monstres du détroit.

Profitons de la visite du quartier antique de Faro pour déguster le Faro Doc, un vin rouge de l’époque mycénienne. Il est produit à partir de Nerello Mascalese, Nocera et Nerello Cappuccio, qui sont cultivés dans la même zone, et est l’un des trois vins Doc de la région de Messine.

Au centre-ville, nous visitons l’Aquarium historique devant la Villa Mazzini, avec 22 bassins d’exposition contenant environ 100 000 litres d’eau de mer provenant du détroit de Messine et plus de 60 espèces différentes de poissons de la Méditerranée.

  1. Promenade dans le salon de la ville : la Piazza Cairoli

Ne quittez pas Messine sans vous promener sur la place centrale Piazza Cairoli. Le shopping le long de Viale San Martino est une conséquence inévitable. C’est le salon de la ville, entouré d’arbres et de la fraîcheur de la charmante fontaine. Si vous avez besoin d’une boisson désaltérante, la limonade typique avec du sel est ce qu’il vous faut. L’ancien kiosque, établi en 1871 dans une fonderie de la ville, était autrefois un lieu de rencontre pour la noblesse de Messine. Aujourd’hui encore, il propose des délices tels que les sirops, l’horzate, le tamarin, la gazzosa, le jus d’orange avec granité d’orange et le sciampagnino. 

Au bout du Viale San Martino se trouve le lieu où le réalisateur Michelangelo Antonioni a tourné la célèbre scène de son chef-d’œuvre « L’avventura » en décembre 1959. Pour les cinéphiles, ce pourrait être le point de départ de l’itinéraire consacré au grand artiste. 

Après les shopping, il faut de l’énergie. Arrêtons-nous dans une des rôtisseries du centre-ville pour un arancino typique (on peut le prononcer sans crainte !) avec une sauce à la viande ou une focaccia traditionnelle de Messine, avec de la scarole frisée, des anchois salés, du fromage tuma et des tomates cerises ; ou encore le pitone, une pizza farcie de légumes de la scarole, de tomates, de fromage  » primo sale  » et d’anchois. Ce sont tous des aliments de rue siciliens que vous devez absolument essayer !

Condividi questo contenuto!