LE CHEMIN DES FRERES

Dettaglio

Il existe une autre Sicile, loin des côtes, des foules et du tourisme de masse. Une île dans l’île, si loin de la mer que, par le passé, ceux qui vivaient ici pouvaient même mourir sans l’avoir jamais vue. Il s’agit d’une Sicile intime, que l’on peut découvrir seulement si on arrête de courir et on commence à marcher. Marcher, marcher, marcher pour connaitre le cœur de la Sicile, fière et sauvage, pour arriver à découvrir la mer seulement au bout de notre voyage :  vous aurez l’impression de la voir pour la première fois. Tout cela est possible grâce aux anciennes routes que les frères parcouraient à pied ou à dos de solides mules. Il s’agit, en termes simples, de «La voie des Frères»: un itinéraire de 166 km qui part du centre de la Sicile et arrive à la ville normande de Cefalù. Que vous soyez croyant ou non, peu importe : la marche vous fera découvrir une nouvelle façon de voyager à l’intérieur et à l’extérieur de vous-même. Alors, allez-y!

La première étape du chemin pourrait partir de Caltanisetta ou de San Cataldo (CL), en direction de Marianopoli. Si vous préférez la fraîcheur des bois il serait mieux de partir de San Cataldo. Plongés dans la forêt de Gabara, vous devrez traverser le fleuve Salito. Vous aurez l’impression d’être projetés hors du temps, dans un passé lointain et indéterminé, quand il fallait traverser des forêts et des rivières pour se déplacer. Après avoir quitté la zone boisée, vous rejoindrez la variante de Caltanissetta et arriverez ensuite à Marianopoli. De là, prenez la route nationale SS121 en direction de Caltanissetta, jusqu’à une jonction qui mène à une zone rurale, puis à un ruisseau pour remonter enfin vers le Sanctuaire de Castel Belici, dans la région de Petralia Sottana. Ce Sanctuaire est un lieu de pèlerinage depuis le XVIIe siècle et il est consacré à l’adoration d’un Saint Crucifix offert, en 1963, par les moines du couvent des Frères Mineurs de Petralia à la Duchesse Maria Fernanda, propriétaire du domaine. Il s’agit d’un Crucefix polychrome en bois de dimension réelle, réalisé par l’éminent sculpteur Moine Innocenzo di Petralia, qui se trouve dans l’église attenante à la partie antérieure du Château. Dans la partie postérieure du Château se trouve une statue du Christ Rédempteur, érigée en 1995.

Mais on ne vit pas uniquement de la « marche ». Si vous voulez vous rafraîchir et goûter quelque chose de vraiment typique de la région, dans les communes autour du Sanctuaire demandez la tomate Siccagno et la lentille de Villalba, des présidiums slow food. Après cette pause bien agréable, on reprend la route en direction de Resuttano. Vous rencontrerez d’abord Borgo Vicaretto, un village fantôme construit à la fin des années 1950 et après avoir contemplé le fleuve Imera, vous trouverez les ruines du château de Resuttano complètement entouré par la nature. On va continuer ensuite vers le nord en direction de Blufi. Avant de rentrer dans le bourg il faut s’arrêter au Sanctuaire de la Madonna dell’Olio. Bien sûr ce nom peut sembler bizarre, mais si vous faites quelques pas de plus pour atteindre la source qui se trouve derrière le sanctuaire, vous en comprendrez la raison. Vous trouverez une niche définitivement noircie par une huile minérale, ainsi qu’un verre pour prendre ce prodigieux fluide. La légende raconte qu’il s’agissait initialement d’une source d’huile comestible qui, à cause de prélèvements excessifs et injustifiés, s’est épuisé. C’est alors que la Vierge a réactivé la source à un autre endroit, mais avec une autre huile, un hydrocarbure, qui est encore utilisée aujourd’hui pour les maladies de la peau ou comme vermifuge. A quelques pas de cette source, vous pourrez admirer les célèbres champs de tulipes rouges sauvages de Blufi fleurissant à tous les printemps.

Maintenant on va suivre la Route Touristique de Blufi en traversant le pont en béton sur le barrage inachevé, pour arriver à Castellana Sicula, un merveilleux village où la « danse de la cordella », une ancienne danse de fertilité, est encore représentée en été. L’itinéraire continue vers le village de Polizzi Generosa qui marque le début d’une étape particulièrement complexe en direction de Petralia Sottana, avec des dénivelés d’environ 1000 mètres (touchant 1810 mètres au-dessus du niveau de la mer). On va traverser maintenant les arches de l’aqueduc en style romain pour atteindre l’aire de pique-nique de Sanguisughe. En continuant à travers la forêt de conifères et en montant en altitude, vous pourrez profiter d’un large panorama sur la vallée de l’Imera. A mi-chemin, arrêtez-vous pour un moment de réflexion et de méditation au Sanctuaire de la Madonna dell’Alto qui offre un panorama à 360° sur les monts Madonie et les villages situés en dessous jusqu’à Enna, Caltanissetta, le volcan Etna et les iles Eoliennes: voilà la raison de son nom Madonna dell’Alto. Dans le Sanctuaire, sur l’autel de l’église médiévale, se trouve une statue en marbre de facture très fine, attribuée au sculpteur Domenico Gagini (datée de 1471). 

Après une immersion dans les hauteurs et la spiritualité du lieu, on se remet en marche et on suit le chemin des pèlerins qui descend vers Petralia Sottana. Pendant le parcours vous pourrez saluer le seigneur de ces lieux: le Frassino de Puntaloro, un arbre de 500 ans dont la circonférence atteint 8 mètres. Une fois arrivés à Petralia, promenez-vous dans les ruelles de ce beau village pour admirer les différents édifices religieux, mais pas seulement…Ce village est aussi connu pour un édifice très curieux l’un des plus étroits au monde, appelé Casa du Currivu (c’est à dire « Maison de la Colère »). La maison ne mesure que 100 cm de large et elle a été bâtie en 1950 à la suite d’une querelle entre voisins afin d’obstruer la vue à la maison située derrière.

De Petralia Sottana on continue vers le village de Gangi, une étape de repos par rapport à la précédente. En descendant le cours du fleuve Salso pour le regarder presque à sa source, vous arriverez à Gangi, l’un des bourges les plus beaux d’Italie. Après avoir découvert ses ruelles étroites et sinueuses, ses nobles palais et ses églises, on se dirige vers Geraci Siculo, un autre beau village. Après avoir dépassé l’abreuvoir octogonal, vous quitterez la route principale pour remonter vers Geraci depuis le quartier de San Giovanni, à travers les pâturages des vaches et les petites zones cultivées. Vous arriverez donc près du Bevaio della Trinità. Une fois sous l’éperon du château, nous montons jusqu’à la Chiesa Madre di Geraci Siculo. Dans ce merveilleux village vous pourrez revivre le Moyen Age au point de simuler un ancien événement historique : Il Salto dei Ventimiglia. Il s’agit d’un balcon de verre et d’acier où l’on peut se pencher, construit à l’endroit où, en 1937, François Ier Ventimiglia, poursuivi par les troupes royales de Pierre II d’Aragon, se jeta avec son cheval en faisant une chute désastreuse dans le précipice. A éviter si vous souffrez de vertiges!

A partir du Grande Bevaio della Trinità le parcours continue vers la petite église de San Cosimano, au bout d’une grande zone de prairie. Après une courte visite, on se retourne et on continue sur le chemin caché par la végétation, en suivant le profil de la montagne, pour arriver à San Focà, une aire de pique-nique (située sur un terrain plat à plus de 700 mètres d’altitude, au milieu d’une verdure dense avec des pins noirs, des ormes, des peupliers, des sauciers et des chênes verts). Après une longue descente, vous rejoignez Castelbuono, un autre charmant village médiéval, qui marque le début de la dernière étape du parcours qui mène à Cefalù. Vous traverserez   les villages d’Isnello et de Gibilmanna, à travers des bois et d’autres arbres anciens comme la Roverella di Gibilmanna (âge estimé à 450 ans) et le Pero Mandorlino di Villa Lanza (âge estimé à 400 ans) pour atteindre le célèbre Sanctuaire de la Madonna di Gibilmanna. Ce Monastère des frères Capucins, édifié au XVIe siècle sur les ruines d’un monastère plus ancien, abrite non seulement des œuvres sacrées mais aussi, de précieux manuscrits du XVIe au XXe siècle dans sa merveilleuse Bibliothèque. La dévotion à la Vierge de Gibilmanna était si forte qu’en 1954, elle avait été déclarée Patronne Céleste de toute la Diocèse de Cefalù et Protectrice de la ville elle-même. Après ce moment de recueillement, on va continuer sur le sentier Salvabosco et on va commencer à descendre vers Cefalù. La destination finale sera évidemment le Duomo, à deux pas de la mer. Après avoir traversé le paysage silencieux et la nature sauvage des montagnes des Madonies, vous serez certainement étonnés lorsque vous arriverez dans un village touristique. Quittez alors la cathédrale pour rejoindre la mer et refaire sa connaissance.

 Plonger vos pieds fatigués dans ses eaux chaudes et salées, si différentes de celles des rivières que vous venez de quitter, sera pour vous une expérience inoubliable.

Partagez ce contenu !

EMPLACEMENT

DURÉE

Distance

Difficulté

Des endroits

Saisons

ENVIRON

  • Pas seulement la mer: les lacs de Sicile

    La Sicile est traversée par de nombreux cours d'eau, tous de faible longueur ou de faible débit, mais qui représentent [...]

  • LES CH TEAUX DE MESSINE, DE LA TYRRHÉNIENNE À LAMER IONIENNE

    Murs imprenables, anciennes meurtrières, douves inaccessibles... Mais aussi des stucs, des bas-reliefs et des pièces élégantes. Oui, nous parlons évidemment [...]

  • Art moderne et contemporain en Sicile

    Vous souhaitez en savoir plus sur l’art moderne et contemporain ? Séduisant et impressionnant, mais parfois insaisissable. Le Vieux Continent, foyer [...]