CHATEAUX EN SICILE CENTRALE

Dettaglio

« Des femmes, des chevaliers, des armes et de l’amour » : ce sont peut-être les premières images qui viennent à l’esprit quand on pense aux myriades de châteaux qui peuplent nos contrées. Des temps si lointains qu’ils semblent mythiques et féeriques… La Sicile compte plus de deux cents châteaux : êtes-vous prêt à vous plonger dans des mondes où l’histoire rencontre la fantaisie ? Dans cet itinéraire, nous explorerons les châteaux du centre de l’île, entourés par la nature. Ici, le temps semble s’être véritablement arrêté…

Si vous venez du sud, la première étape de notre voyage est encore proche de la côte : Gela. Son Castelluccio, d’origine souabe, est situé au sommet d’une colline de craie et domine le golfe en défense de la ville. Malheureusement, aujourd’hui, il ne peut être visité, sauf de l’extérieur, mais la visite en vaut la peine : vous profiterez d’une vue imprenable sur toute la plaine de Gela. Et puis le Castelluccio est animé par une série de légendes. On raconte que dans les temps anciens, le château était habité par une belle dame aux longs cheveux. Tous les habitants étaient attirés par sa beauté, mais quiconque osait l’approcher finissait par disparaître dans les airs. De plus, selon les paysans, des ombres étranges se cachaient entre les murs du château, peut-être des fantômes d’autrefois, qui étaient restés là pour protéger un précieux trésor (une truvatura, comme on l’appelle dans une grande partie de la Sicile). Personne n’a jamais réussi à trouver le coffre tant convoité, alors peut-être pourriez-vous être les chanceux ! 

Il est maintenant temps de se diriger vers l’intérieur des terres, prochaine destination : Butera. Son château était le noyau central d’une forteresse autour de laquelle s’est construit le centre historique de la ville, à 400 mètres au-dessus du niveau de la mer. D’origine arabo-normande, la cour intérieure forme aujourd’hui la place publique et ses ruines imposantes sont utilisées comme espace d’exposition. Ainsi, le château vit toujours une vie qui lui est propre, et la vie de la ville continue de circuler autour et à l’intérieur de lui. Vous ne pouvez pas manquer cette étape si vous voulez rembobiner la bande du temps.  

Nous continuons vers le centre de la Sicile et nous nous arrêtons à Mazzarino, une charmante ville baroque qui trahit ses origines médiévales par la présence imposante des Cannuni, car le château de Mazzarino est ainsi appelé ici en raison de la forme particulière de sa tour. Selon certains, ses origines seraient même romaines, bien qu’il ait subi de nombreux changements au cours des siècles pour atteindre sa conformation actuelle, typiquement féodale. Se promener sous u Cannuni, c’est comme marcher dans l’histoire et, si vous avez de la chance, vous pourrez assister aux spectacles organisés dans le théâtre construit dans la partie sud-est du manoir, avec une vue imprenable jusqu’à l’Etna. 

Fatigué ? Pas encore ? Car les châteaux du centre ne s’arrêtent pas là. Déplaçons-nous légèrement vers l’ouest, à Mussomeli, pour visiter l’une des forteresses les plus inaccessibles de toute la Sicile. Construit entre les XIVe et XVe siècles sur un massif calcaire à une hauteur de 80 m, sa structure semble se confondre avec la roche elle-même. Si vous êtes étonné par la grandeur du château de l’extérieur, essayez d’y entrer : un pont-levis vous permettra d’entrer, suivi d’un portique avec un arc en ogive. D’immenses salles avec des voûtes d’arêtes et des écuries pouvant accueillir jusqu’à 50 chevaux s’ouvrent devant vous. Un escalier mène aux sous-sols creusés dans la roche, dont certains sont complètement obscurs, appelés « chambres noires » par la population, où il semble que des crimes atroces aient été commis. Ce n’est pas un hasard si l’on dit que le château est habité par de sombres présences… Un soldat amoureux de la fille de Manfredi Chiaromonte, qui a osé défier le seigneur local pour obtenir sa main, mais a été enfermé dans la tour d’un château jusqu’à sa mort…. Ou les trois sœurs bien-aimées du prince Frédéric, si bien aimées que, par jalousie folle, lorsqu’il est parti à la guerre, il les a fait emmurer vivantes pour que personne ne puisse les approcher… Ou encore la célèbre histoire de la Baronne de Carini (Laura Lanza), tuée par son père Cesare Lanza, coupable d’avoir entaché l’honneur de la famille. Indigné, le père se réfugia dans le château de Mussomeli, où il fut rejoint par l’esprit de sa fille, qui, dit-on, erre encore dans le château…  En bref, que vous croyiez ou non aux fantômes, le château de Mussomeli enchante en réalité par sa beauté et sa grandeur. Un arrêt vraiment obligatoire.

Continuons encore plus en allant légèrement vers l’est pour arriver dans le ‘’nombril de la Sicile’’ qui avec ses 950 m au-dessus du niveau de la mer est le chef-lieu le plus haut d’Italie : Enna (link Enna). En vous approchant de la ville,  vous pourrez même de loin, apercevoir le Château de Lombardie, qui se trouve au point le plus élevé de la ville. Au Moyen Âge, le château était l’un des remparts les plus importants de l’île et il doit son nom à une garnison de soldats « lombards » (c’est-à-dire, génériquement, « du nord ») qui avaient été postés pour défendre la forteresse pendant la domination normande. Le château doit sa conformation actuelle à la structure souabe, mais ses racines remontent aussi loin que la forteresse que les Sicans ont construite il y a plus de deux millénaires. Avec ses 26 000 mètres carrés de superficie, c’est l’un des plus grands châteaux médiévaux d’Italie et c’est ici que Frédéric II de Souabe a convoqué le premier Parlement sicilien. À l’intérieur, l’église privée et la résidence de l’empereur Frédéric III d’Aragon peuvent encore être vues et visitées. Près du château, sur l’éperon oriental d’Enna, se dresse la Rocca di Cerere (lien vers le Géoparc Rocca di Cerere), sur laquelle s’élevait le temple que les Sicani avaient érigé pour vénérer la déesse des moissons. Le plongeon dans le passé est ici vertigineux, comme le sont les hauteurs. Mais ce n’est pas encore fini… Il existe une autre fortification qui, avec le château, représente le plus grand symbole architectural de la ville : la Tour de Frédéric II. Communément attribuée au célèbre empereur, ses origines continuent de susciter débats et mystères. En effet, certains pensent qu’il s’agissait d’un observatoire astronomique beaucoup plus ancien, construit par les Sicules au centre exact de la Sicile et dans un alignement particulier avec les corps célestes. Vous pouvez donc être au centre de l’île et en contact avec le cosmos en même temps ! 

Après avoir presque touché les étoiles, nous repartons et contournons le centre de la Sicile, en direction du nord. Nous arrivons à la dernière étape de cette visite des châteaux de la Sicile centrale : le Château de Sperlinga. Il s’agit d’une forteresse spectaculaire entièrement taillée dans la roche, autour de laquelle s’est développé tout le centre de la ville ancienne : une cinquantaine de grottes, qui constituaient la « citadelle byzantine », et qui abritent aujourd’hui un musée ethnographique. La vue sur le paysage depuis cet endroit est incomparable. À l’intérieur, la salle de réception, la chapelle et la fenêtre à meneaux sont encore visibles. 

Si vous n’êtes pas encore fatigués des dames, des fantômes et des châteaux, vous pouvez continuer la visite des châteaux vers l’ouest , vers l’est, vers l’Etna ou vers le sud.

Partagez ce contenu !

EMPLACEMENT

DURÉE

Distance

Difficulté

Des endroits

Saisons

ENVIRON

  • La Sicile entre histoire et culture

    Nous découvrons des lieux uniques et évocateurs en Sicile en suivant les traces de cet itinéraire historique et culturel. Ce [...]

  • Itinéraires équestres de Sicile – Itinéraires à cheval

    Pour ceux qui souhaitent s’offrir des vacances ou une simple promenade à cheval, avec les temps et les rythmes dictés [...]

  • La Sicile orientale et les lieux à ne pas manquer

    La Sicile orientale vous attend avec ses sites incontournables. Alors, par où commencer ? Sur les marches du théâtre grec de Taormine, [...]