Visiter l’arrière-pays sicilien offre l’occasion de découvrir quelque chose de nouveau sur cette île. Nature, art, Histoire et gastronomie sont les quatre points cardinaux dont les coordonnées pointent directement sur Caltanissetta.

Voici comment la visiter en 10 étapes.

1 – Le château (ou forteresse) des femmes

La Sicile médiévale est incroyablement fascinante. Visiter ses châteaux signifie pénétrer dans l’âme la plus noble de nombreux lieux qui n’attendent que de révéler leurs panoramas les plus inédits. Caltanissetta en fait partie.

Selon certaines sources, le nom de Caltanissetta dérive de l’arabe Qal’at an-Nisa. L’historien normand Geoffroi Malaterra l’a traduit en Castrafeminarum, littéralement « le château (ou forteresse) des femmes », en vertu du fait que la forteresse, à certaines périodes de l’année, n’était habitée que par des femmes.

L’ancienne forteresse aux tours en briques rouges, appelée aussi pour cette raison le « château de Pietrarossa », se dresse sur une falaise surplombant la vallée en contrebas.

Une visite du château est presque obligatoire et permet de rejoindre ensuite le cœur de la ville.

Découvrez-en plus sur les châteaux de la Sicile centrale.

2 – La fontaine du Triton de la Piazza Garibaldi

Sur la Piazza Garibaldi, vous serez saisi par la beauté de la fontaine du Triton, réalisée en 1956 par le sculpteur niçois Michele Tripisciano et l’architecte Michele Averna, qui représente un cheval en bronze dominé par un triton et assailli par deux monstres marins.

Derrière la fontaine se dresse l’actuelle cathédrale Santa Maria la Nova : à l’intérieur, regardez vers le haut pour admirer les fresques de style trompe-l’œil de l’artiste flamand Guglielmo Borremans, connu comme le « génie de Palerme ». Les fresques représentent : « Le triomphe de la religion », « Le chœur des vierges », « L’Immaculée Conception », « Le couronnement de la Vierge » et « Le triomphe de saint Michel sur les esprits rebelles ».

La Piazza Garibaldi devient le théâtre de la Spartenza, un rite à ne pas manquer pendant les jours de la Semaine Sainte en Sicile.

3 – Le centre historique

Une promenade dans le centre historique de Caltanissetta vous permettra d’apprécier la vue sur de magnifiques édifices construits par des nobles et des souverains. Deux rues partent de la Piazza Garibaldi : le Corso Vittorio Emanuele et le Corso Umberto I.

Sur le Corso Vittorio Emanuele, vous découvrirez le prestigieux théâtre Regina Margherita, datant de 1870 et dédié à l’épouse du roi Umberto de Savoie, la reine Margherita, dont le théâtre tire son nom. C’est l’un des plus anciens théâtres de l’île, un joyau situé au cœur de la ville. Sa façade sobre et austère dissimule les traits baroques typiques de l’architecture du XIXe siècle. Aujourd’hui, après une longue restauration, il a retrouvé sa vocation de scène d’art. Le Corso est fermé par la façade de l’église de Santa Croce, ancien siège d’un monastère bénédictin, fondée en 1531. L’autre moitié du Corso est plutôt réservée, à des jours et à des heures particuliers, à une zone piétonne : ce grand espace ouvert permet de se promener tranquillement même lorsque la rue est ouverte à la circulation urbaine. En flânant au gré des vitrines, laissez-vous séduire par un peu de shopping !

4 – Le palais Moncada

Au croisement du Corso Vittorio Emanuele et du Corso Umberto I se trouve le palais du Carmine, siège de l’Hôtel de Ville. Un peu plus loin, du même côté de la rue, se trouve la montée Matteotti où siège le prestigieux palais Moncada.

Son plan d’origine prévoyait que le palais soit un bloc fermé, développé sur trois niveaux et doté d’une grande cour au centre. Il ne reste que quelques éléments de cette dernière, suggérant la présence de grandes arcades. Entre un étage et un autre, des encorbellements anthropiques et zoomorphes sont insérés pour soutenir un balcon. Aujourd’hui restauré, ce palais sert de théâtre, de cinéma multisalle et de musée municipal. Par ailleurs, il accueille en exposition permanente les œuvres de l’artiste de Caltanissetta Michele Tripisciano.

5 – Sant’Agata al Collegio

L’église de Sant’Agata al Collegio est majestueuse avec ses deux ailes composées de marches qui se ramifient à droite et à gauche de l’escalier central auquel on accède par une porte en fer. Cette bâtisse ramène également à la famille Moncada.

À l’intérieur, dans la chapelle de Sant’Ignazio (à gauche de l’entrée), vous pourrez admirer une décoration très précieuse de marbres mixtes polychromes, parmi lesquels un précieux paliotto qui représente un « bestiaire » d’oiseaux exotiques. Sous l’autel de saint Ignace, près du globe terrestre, quatre figures féminines sont représentées, symbolisant les quatre continents alors connus. Les fresques mettent en valeur les murs, et certaines d’entre elles sont « signées » par Borremans.

6 – Le musée diocésain du séminaire épiscopal

Le musée diocésain du séminaire épiscopal de Caltanissetta possède une extension de dix salles et deux galeries au rez-de-chaussée du monumental palais épiscopal. Il expose plus de 500 œuvres d’art du XVe au XXIe siècle.

Des peintures, des sculptures, de l’argenterie, des vêtements liturgiques et des objets d’art appliqué provenant des églises du diocèse de Caltanissetta offrent un aperçu des différentes réalités artistiques et culturelles de la région et retracent l’histoire de l’église locale. Parmi les œuvres de valeur se distinguent une copie du XVI siècle du Spasimo di Sicilia (Le Portement de Croix) de Raphaël et un rare parement en corail datant du XVIII siècle. De plus, la section de l’art contemporain abrite, entre autres, le Malatiello de Vincenzo Gemito, une tête de la Vierge de Michele Tripisciano et une statuette de saint Michel de Giuseppe Frattallone. Cette partie de la collection comprend également des bronzes et des tableaux d’artistes importants de l’Académie de Brera tels qu’Aldo Carpi, Silvio Consadori, Eros Pellini et Enrico Manfrini.

En savoir plus sur avec l’audioguide izi.TRAVEL

7 – L’église de Santo Spirito

L’ église du Santo Spirito a été construite par Roger le Normand en 1095 sur le site d’une ferme arabe fortifiée préexistante. Son but était de christianiser l’île conquise et de convertir les paysans éloignés de la ville. De style paléochrétien, cette église présente une structure romane simple et sévère, à nef unique terminée par trois absides. Les héritages des grands maîtres arabes sont la tour quadrangulaire, les meurtrières et les arcs brisés.

À l’intérieur se détachent la fresque du Christ Pantocrator, la fontaine baptismale d’époque normande à l’empreinte musulmane, un rare calice d’étain du XIIe siècle, ainsi qu’une urne funéraire en marbre avec des inscriptions de la période romaine, provenant du cimetière qui se trouvait derrière l’église. La statue de la Madonna delle Grazie tient dans ses bras l’Enfant qui porte à son cou une branche de corail : au cours de ce siècle, on pensait en effet que le corail protégeait les enfants des maladies.

À environ 150 mètres de l’église, vous trouverez le musée archéologique régional de Caltanissetta. Il abrite des pièces datant du Néolithique et provenant des zones archéologiques de Sabucina, Gibil Gabib, du mont Capodarso et du mont San Giuliano. C’est ici que se trouve le siège de la célèbre société Averna, qui produit la liqueur amaro douce-amère du même nom, célèbre aux quatre coins du monde.

8 – La procession du Christ noir

N’hésitez pas à visiter le musée des Vare, actuellement situé dans le sous-sol de l’église de San Pio X. Le Vendredi saint est le jour de la procession la plus émouvante et la plus impressionnante de la province de Caltanissetta : la procession du Christ noir. Il s’agit d’un crucifix en bois, d’à peine 85 cm de haut, retrouvé dans une grotte par deux fogliamari (cueilleurs d’herbes sauvages), placé entre deux cierges et noirci par leur fumée.

Le crucifix a été nettoyé plusieurs fois, mais il revenait régulièrement noir : d’où son surnom de « Christ noir » et sa vénération en tant que phénomène miraculeux. Le Christ noir, appelé le Seigneur de la ville, a été le saint patron de Caltanissetta jusqu’en 1625, année où saint Michel l’Archange a été proclamé saint patron, car il avait indiqué l’emplacement d’un pestiféré juste à l’extérieur des murs de la ville, empêchant ainsi la propagation de la maladie à Caltanissetta.

9 – Le musée minéralogique

Le musée minéralogique, paléontologique et de la soufrière Sebastiano Mottura abrite une sublime collection de minéraux et une exposition permanente consacrée à la technologie minière d’extraction du soufre en Sicile.

Les mines de Gessolungo et Trabonella sont visibles de l’extérieur, en profitant des splendides panoramas de la campagne de Caltanissetta.

10 – Le marché historique « Strata a Foglia »

Dans le centre historique de Caltanissetta, vous pourrez découvrir le charme intemporel de la Via Consultore Benintende : colorée et parfumée, cette rue abrite, depuis la fin du XVIIIe siècle, le marché historique Strat’a foglia.

Depuis la Piazza Mercato Grazia jusqu’à la Via Berengario Gaetani, toute la Via Consultore Benintende est une succession d’étals de vendeurs de fruits et légumes, de fromages, de légumineuses et d’objets en tous genres. Sans oublier des boulangeries, des poissonneries, des boucheries et des magasins d’alimentation exotique. Offrez-vous une immersion totale dans la street food sicilienne !

Autrefois, le marché était destiné à la vente des herbes sauvages des fogliamari, les accompagnateurs typiques de la procession du Christ noir le Vendredi Saint. Il abritait également de nombreuses auberges fréquentées par les mineurs qui travaillaient dans les soufrières de la région de Caltanissetta.

Il est temps de partir à la découverte de l’art local. Dans l’ancien quartier de San Rocco, près du marché, vous pourrez admirer le palais Natale Cosentino du XVIIIe siècle, formé par deux ailes reliées par une terrasse, l’entrée secondaire du palais Benintende du XIXe siècle.

Si vous n’en avez pas encore assez, montez en voiture pour partir explorer les environs !

Condividi questo contenuto!